Accueil Culture Livres

Marcel Proust s’est mis hors du monde pour créer un monde

Le samedi 18 novembre 1922, Marcel Proust meurt, à 51 ans, emporté par une bronchite mal soignée, chez lui, à Paris. De 1907 à sa mort, il a vécu quasi en reclus, pour créer les sept volumes d’« A la recherche du temps perdu ». Cent ans plus tard, cette œuvre et son auteur sont devenus des stars. Mais qui l’a vraiment lu ?

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 5 min

Pour François Mauriac, qui a eu cette belle formule qui forme notre titre, Proust est donc un monde. Pour Charles Dantzig, Proust est un océan. D’où le titre Proust Océan du dernier ouvrage de ce grand connaisseur de la littérature française. « Lire A la recherche du temps perdu, c’est traverser l’Océan », écrit Dantzig. Pour Dantzig encore, le Narrateur de la Recherche, auquel il donne une majuscule parce qu’il est un authentique personnage et non un chroniqueur indifférent, est un poulpe. « Parce qu’il se meut dans cette prose océanique, parce que c’est une espèce de grand cerveau, excessivement intelligent », précise Charles Dantzig. « Il est ce cerveau avec les grandes pattes de ces phrases qui nous enrobent, qui nous convainquent, qui nous chatouillent de rire parfois parce qu’il peut être comique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs