Accueil Opinions Cartes blanches

La pathologie, c’est l’inaction, pas «l’éco-anxiété»

La COP27 fait ressortir un constat sans appel : les émissions de CO2 vont dépasser en 2022 leur niveau record. Cette annonce risque-t-elle d’augmenter le syndrome d’éco-anxiété dont on parle de plus en plus ? Certainement, mais là n’est pas le problème.

Carte blanche - Temps de lecture: 4 min

Dire, comme souvent aujourd’hui, que l’éco-anxiété est la maladie psychique du XXIe siècle revient à nier la réalité des changements climatiques. Face à un danger aussi réel, n’a-t-on pas raison d’avoir peur, d’être effrayé par la situation et frustré de ne pas voir les décideurs adopter des mesures urgentes ? Les éco-anxieux pensent qu’ils sont malades mais ce n’est nullement le cas. Ceux qui me préoccupent en revanche, ce sont les individus qui continuent leur petite vie comme si de rien n’était, qui ne sont pas angoissés par la catastrophe qui se prépare ou qui pensent qu’on en a déjà fait assez. Ce sont eux qui sont les plus malades et qui ont besoin d’être soignés, car ils n’ont aucune idée de la réalité du monde.

En tant que psychiatre et environnementaliste, je suis, moi aussi, éco-anxieux. Si je ne ressentais pas cette anxiété, je ne passerais pas tout mon temps à essayer de préserver l’environnement. Et c’est, notamment, la raison qui m’a conduit à créer la Fondation Solar Impulse.

À lire aussi Du levier de changement climatique à la pathologie paralysante

Ainsi, la question n’est pas de savoir comment guérir de l’éco-anxiété, comme on guérirait d’une névrose ou d’une psychose, mais comment éviter qu’elle nous paralyse, qu’elle nous emprisonne dans la dépression. Car la véritable maladie, c’est l’éco-dépression : cette souffrance faite d’impuissance, de culpabilité et de tristesse, qui nous dépeint une absence totale de futur et nous persuade que cela ne sert plus à rien d’agir de quelque façon que ce soit. La pathologie, c’est l’inaction, pas l’éco-anxiété !

De petites actions pour une dynamique favorable

Le sentiment d’impuissance, qui fait tant souffrir dans l’éco-anxiété, ne diminuera que s’il se transforme en aiguillon pour réagir, pour nous réveiller et revigorer notre entourage. Nous retrouverons notre énergie vitale dès que nous déciderons d’agir pour obtenir un résultat, si minime soit-il, plutôt que de nous plaindre. Quand je parle d’agir, ce n’est pas dans le but de sauver le monde à soi tout seul, car le désespoir n’en serait que plus grand, mais de s’efforcer d’améliorer ce que nous pouvons dans notre propre vie, de décrire des solutions sur les réseaux sociaux, d’encourager notre famille et nos amis à changer, de contacter un journaliste que nous connaissons ou un élu local.

À lire aussi La nature et le climat: des alliés précieux à réconcilier

Ce qui est décourageant, c’est d’essayer d’entreprendre sans succès une action qui n’est pas possible à notre propre niveau. Un individu, et à plus forte raison un enfant, ne peut pas contribuer au changement de la même manière qu’un chef d’entreprise ou un Premier ministre. De petites actions, adaptées au niveau de chacun, suffisent toutefois à créer une dynamique favorable.

Des professions inspirantes

Aux enfants qui inquiètent leurs parents par leur éco-anxiété, il faut expliquer que la vie a toujours été une aventure fascinante et difficile, avec des hauts et des bas. De tout temps, l’humanité a connu des crises : au temps des Egyptiens, des Grecs, des Romains, au Moyen Age et même plus récemment, il y a eu des guerres, des révolutions, des épidémies… et les hommes ont réussi à chaque fois à transformer en évolution ce qu’ils croyaient être la fin du monde. Aujourd’hui, montrons aux jeunes quelles sont les professions prometteuses et inspirantes dans lesquelles ils pourront faire la différence, que ce soit dans les domaines de l’efficience écologique, des énergies renouvelables, des constructions décarbonées, de l’informatique pour concevoir des réseaux électriques intelligents (smart grids), en s’engageant dans la politique ou en travaillant dans les médias.

À lire aussi COP27: un traité pour venir à bout des énergies fossiles

Je repense souvent à une image poignante des émeutes de Los Angeles dans les années 1990, montrant deux propriétaires de magasins dévastés et pillés. L’un était assis dans les gravats, pleurant la tête dans les mains. L’autre, armé d’un balai, remettait son échoppe en ordre pour la rouvrir le plus vite possible. C’est ça, la résilience. J’étais étudiant en médecine lorsque j’ai vu cette photo dans un journal et c’est elle qui a orienté mon choix de consacrer ma thèse de doctorat à « la Pédagogie de l’épreuve : l’aspect révélateur de l’accident, de la maladie et du malheur ». Que pouvons-nous apprendre des grands désastres de la vie ? Il faut toujours garder à l’esprit que même quand nous ne sommes pas responsables de ce qui arrive dans notre existence, nous pouvons devenir responsables de ce que nous en faisons.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Bodart Anne, lundi 21 novembre 2022, 19:47

    Mr Picard devrait, en bon scientifique, se garder de jugement moreaux sur ceux qui ne sont pas comme lui des hypocondriaques du climat..,en renversant le paradigme ,il fait d'une absence de pathologie une pathologie,qui plus est, jugée immorale..mêler la santé mentale et la morale me parait bien peu crédible, même pour un psychiatre

  • Posté par Baeyens Remi, samedi 19 novembre 2022, 12:31

    Dans l'histoire de l'humanité combien de fois il y a eu des prophètes alarmistes qui prédisaient la fin du monde. Aucunes ne se sont produites. Le chien aboie et la caravane passe !

  • Posté par Petitjean Marie-rose, lundi 21 novembre 2022, 7:46

    Robert, sur quelle étude scientifique basez-vous votre méfiance (taille de l’échantillon, analyse détaillée et contradictoire, confirmation argumentée par les pairs, etc.) ?

  • Posté par Naeije Robert, dimanche 20 novembre 2022, 16:09

    Mme Petitjean. Un psychiâtre militant... Durant ma longue carrière médicale, j'ai appris à m'en méfier. Un avis mettons plus "scientique" serait utile.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, dimanche 20 novembre 2022, 8:46

    Il y a toujours eu des personnes qui cherchaient à tirer les autres vers le bas, par dépression, par méchanceté, par ignorance ? M. Piccard n’est pas de ceux-là, rappelant à chacun qu’il est libre et responsable et qu’il peut agir à son niveau.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une