Accueil Culture Cinéma

Thierry Frémaux: «Bertrand Tavernier était un homo cinematographicus très rare»

Délégué du Festival de Cannes et directeur de l’Institut Lumière à Lyon, Thierry Frémaux rend hommage à Bertrand Tavernier, décédé l’an dernier, en racontant quarante ans d’amitié, d’admiration, d’érudition, de cinéphilie généreuse. Son livre est drôle, émouvant et formidable.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 8 min

Trouver les mots justes pour dire son amitié, son admiration, son respect pour un homme qui fut un maître, un guide, un être rare, c’est ce que réussit de manière joyeuse, pudique et bouleversante Thierry Frémaux dans son ouvrage intime dédié à Bertrand Tavernier, Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Dès le début, il prévient : « Ce texte est un éloge, un exercice d’admiration. » Effectivement. L’hommage à ce compagnon de route passionné et passionnant, pugnace et doux, engagé et angoissé, toujours prompt à s’engager et à débattre de cinéma, est vibrant.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs