Accueil Sports Coupe du monde

Les terrains de sport doivent-ils rester politiquement neutres?

Les menaces de la Fifa envers les joueurs désireux de porter le brassard « One Love » ont finalement porté leurs fruits. Une attitude juridiquement contestable, selon l’avocat Thierry Granturco.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Devant les menaces de « sanctions sportives » proférées par la Fifa, les sept équipes européennes qui avaient annoncé leur intention de porter un brassard « One Love » sur les terrains du Mondial ont donc renoncé à leur projet. La critique frontale du pays hôte, le Qatar, sur les droits de la communauté LGBTQ+ semble donc avoir été évitée. Mais, chassée par la porte, la politique n’en est pas moins revenue par la fenêtre : avant Angleterre-Iran, le « onze » anglais a posé un genou à terre pour protester contre les inégalités et le racisme tandis que les joueurs iraniens ne chantaient pas leur hymne national en signe de soutien aux victimes des manifestations dans leur pays.

La défense ostensible d’une cause a-t-elle sa place sur un terrain de sport ? Pour Michel D’Hooghe, ancien président de l’Union belge de football et membre du comité exécutif de la Fifa, la réponse est non.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par DV E, mardi 22 novembre 2022, 12:53

    #BOYCOTTFIFASPONSORS

  • Posté par Marchal Michel, mardi 22 novembre 2022, 7:55

    Monsieur D’Hooghe, puis-je vous poser une question ? Vous nous dites que le football doit être et devrait rester une "rencontre de football", alors quand les tirages au sort des groupes permettront-ils des Russie-Ukraine ou des Israel-Iran ? Ce serait beau, non ? En 14/18, des combattants allemands et alliés ont fraternisé, le temps d'une "rencontre de football", dans le no man's land. C'était beau et cela aurait dû le rester. Mais cela n'a pas été suivi d'effet : le lendemain, ils se re-tiraient dessus, hélas.

  • Posté par Marchal Michel, mardi 22 novembre 2022, 7:42

    Les terrains de sport ne sont plus politiquement neutres depuis 1936 aux J.O. de Berlin. Ils sont des vitrines (les plus brillantes) du régime en place. Le nazisme, le fascisme s'y sont exposés. Le communisme a industrialisé les performances de ses athlètes. Les athlètes noirs y ont brandi le poing de la révolte contre la ségrégation. Les USA ont condamné l'envahissement de l'Afghanistan. La dictature argentine y a puisé une gloire éphémère en 1978 etc etc etc.

  • Posté par Mertens Marc, mardi 22 novembre 2022, 6:04

    C'est bizarre cette soi-disant conscientisation de ces footballeurs multimillionnaires pour des causes à la mode. Remettent-ils en cause leur salaire mirobolant et scandaleux démontrant leur intégration dans un capitalisme crasse ? Pourquoi, si on leur refuse de porter ce brassard ne rentrent-ils pas au pays en signe de protestation ? Tout simplement pour une bonne raison : pas de match, pas de salaire ! Toutes les fédérations ont accepté de venir jouer au Qatar il y a plusieurs années alors pourquoi maintenant faire du "human rights washing" ?

  • Posté par STORDIAU Pierre, mardi 22 novembre 2022, 11:20

    Pas faux ... donc +10

Plus de commentaires

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Décodage Formule, inflation de matchs… 2026, la nouvelle tentation de la Fifa

Le format à 32 aura vécu au soir de la finale de Doha. En 2026, le Mondial nord-américain accueillera 48 pays. Officiellement, la FIFA a arrêté une formule avec 16 groupes de trois. Officieusement, elle est ouverte à une phase finale avec 12 groupes de quatre. Décision finale au milieu de l’année 2023, vraisemblablement.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs