Accueil Sports Cyclisme Tour de France

Les sprinters rêvent du maillot jaune

Huit sprinters prendront le départ du Tour avec l’ambition de porter le premier maillot jaune à Utah Beach. Lorenzo Lapage (Orica) évoque pour nous les qualités et les défauts de chacun.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 3 min

Un an avant le grand retour du Tour en Allemagne (Düsseldorf), les regards seront braqués vers le duel Greipel-Kittel. Les deux coureurs évoluant sous casaque belge, l’un chez Lotto, l’autre chez Etixx, avaient déjà prouvé, en mai dernier au Giro, qu’ils étaient supérieurs à la mêlée. Sous l’impulsion d’un train ou pas, il sera compliqué pour les adversaires d’aller les provoquer, même si, au Giro, dès que la route s’élevait un peu, Kittel avait rapidement affiché des signes de surmenage. Les compositions des équipes ne mentent pas : Etixx a mis le paquet autour de Kittel avec Richeze, Keisse et Sabatini, trois coureurs capables eux aussi de gagner, tandis que Lotto n’a pas touché à son train composé de Roelandts, Sieberg, Henderson. Du gros calibre, ambitieux, à raison, car, contrairement à l’édition précédente, le Tour présente plus ou moins sept possibilités pour les sprinters avec la plus attrayante, la première, et donc la possibilité d’un maillot jaune au bout et la plus prestigieuse, la dernière, sur les Champs-Elysées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tour de France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs