Accueil Culture Arts plastiques

Des années 70 à aujourd’hui, un Iran découvert, perdu et revisité

Sébastien Cuvelier part à la découverte de l’Iran près de cinquante ans après son oncle. Inspiré par le carnet de voyage de celui-ci, il y confronte l’Iran contemporain.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Sébastien Cuvelier. Paradise City. Jusqu’au 22 janvier au Musée de la photographie, 11 avenue Paul Pastur, Charleroi, www.museephoto.be

Photographe, Sébastien Cuvelier est parti en 2017 pour un périple dans l’Iran contemporain, tiraillé entre l’ordre imposé par la République islamique et les envies d’ailleurs et d’autrement d’une jeunesse qui se révolte ces dernières semaines.

En soi, la chose n’est ni neuve ni originale. Bon nombre de photographes ont fait de même à toutes les époques. Ce qui distingue son approche est le lien qu’il établit avec un Iran disparu, celui que son oncle a visité dans les années 70.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs