Accueil Monde Union européenne

La Commission européenne place le plafond pour le gaz très (trop?) haut

Le niveau d’intervention proposé par l’exécutif – 275 euros/MWh – n’a été atteint qu’une fois depuis le début de la guerre. Les ministres de l’Energie se réunissent jeudi. Seront-ils convaincus ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Le 21 octobre dernier, le Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement avait exigé de la Commission européenne – toujours réticente à s’immiscer sur les marchés – qu’elle élabore un instrument d’intervention pour limiter les envolées excessives des prix, comme on en a connu à la fin du mois d’août dernier – avec à la clé un record de 350 euros/MWh sur le TTF de Rotterdam, le marché de référence sur lequel ont lieu 80 % des transactions en Europe selon la Commission.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bartet Guy, mardi 22 novembre 2022, 23:25

    Pourquoi la Commission est-elle si réticente ? J'entends bien ses craintes mais quand même, il y a des limites. Quel est l'agenda caché ?

  • Posté par Chalet Alain, mardi 22 novembre 2022, 19:26

    Normal que le plafond soit haut, sans cela on ne nous vendrait plus rien! Cette idée de plafonnement des prix sur un marché où nous sommes bien loin d'être les seuls acheteurs est d'ailleurs une chimère.

  • Posté par COURARD DIDIER, mardi 22 novembre 2022, 20:35

    C'est l'argument habituel qu'on nous sort pour nous faire avaler des prix de racket, mais la commission Européenne étant composée de transfuges de multinationales, elle ressemble de plus en plus au comité exécutif de la FIFA qui a voté pour la désignation du QUATAR à l'organisation de la coupe du monde 2022... on sait aujourd'hui comment ces gens fonctionnent... il n' y a rien de bon à en tirer. Les Chinois et les Indiens obtiennent de bien meilleurs prix que nous sur les marchés internationaux. Les sociétés chinoises de GNL augmentent leurs approvisionnements dans un contexte de demande croissante de la part des clients européens. Pékin ne s’en cache plus : les opérateurs chinois achètent les cargaisons de gaz disponibles pour les revendre aux Européens, en multipliant au passage le prix par deux ou trois, selon oil.com. Ces sociétés empochent ainsi le bénéfice tiré de leur rôle d’intermédiaire entre deux acteurs majeurs et interdépendants, mais qui veulent plus traiter directement, la Russie et l’Europe. En effet la Chine fait face à un ralentissement de sa demande intérieure. Ces derniers mois, elle revend sur les marchés ses surplus de gaz naturel liquéfié (GNL), dont les prix battent des records. Les Européens ont pourtant des moyens de rétorsion pour dissuadé le Chine de profiter ainsi de la situation, encore faudrait-il que les commissaires soient un peu plus motivé par leur engagement européen .

  • Posté par Moriaux Raymond, mardi 22 novembre 2022, 18:25

    Autant dire que personne n'est capable d'éviter que le prix monte aussi haut que le décident ceux qui le vendent. Pour quelles raisons ceux qui en tirent des bénéfices se limiteraient-ils ?

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs