L’agroécologie, une réponse locale au réchauffement climatique

Face aux défis environnementaux, Farming for Climate appuie la transition agroécologique des agriculteurs belges, en mobilisant des moyens financiers auprès des entreprises nationales. Parmi ses soutiens, l’association peut compter sur BNP Paribas Fortis, qui finance une dizaine de fermes en Belgique.

« Maman, papa, comment agir pour le climat ? », voilà l’étincelle originelle de Farming for Climate, asbl fondée par une douzaine de parents, issus du monde de l’entreprise. L’ambition ? Offrir plus de moyens aux agriculteurs afin d’inciter et accélérer leur transition vers l’agroécologie. « Suite aux marches pour le climat, initiées par les jeunes en 2018, nous nous sommes demandé comment jouer un rôle actif à notre échelle ; comment contribuer localement à lutter contre le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité et leurs conséquences », explique Christophe Adant, impact entrepreneur chez Farming for Climate.

Prendre soin de l’humain et de la nature

La réflexion a commencé autour de paniers bio, mais, en remontant la filière, ces bénévoles ont réalisé que favoriser l’agroécologie pouvait générer un impact bien plus important. « Dans la crise climatique, l’agriculture est à la fois victime et en partie responsable, puisqu’elle représente 20 à 25 % des émissions de gaz à effets de serre, mais souffre en même temps de l’assèchement des sols, des inondations, etc. », poursuit-il. « Mais le secteur agricole fait partie de la solution : l’agroécologie est une manière intelligente de pratiquer l’agriculture, qui prend à la fois soin de l’humain et de la nature. Cela permet, entre autres, de capter ou éviter près de 3 tonnes de CO2 par hectare et par an. Ainsi que des bénéfices en matière de restauration de la biodiversité, de préservation de la qualité des sols, de gestion de l’eau, de production d’une alimentation saine et locale, etc. Voilà pourquoi nous avons souhaité soutenir nos agriculteurs, désireux d’emprunter le chemin de transition agroécologique. »

Franchir le cap de l’agroécologie

Concrètement, Farming for Climate propose aux entreprises de soutenir financièrement des projets de transition menés par des fermes belges. « Le soutien se matérialise par du conseil spécialisé, mais aussi des investissements en matériel, arbres, semences, etc. Il faut également pallier la perte de rendement pendant la période de transition, de trois à cinq ans. Enfin, nous créons une vraie communauté d’agriculteurs en transition, de nature à générer des synergies, inspirer ou encore vaincre la peur du changement », détaille Christophe Adant. Côté entreprises « sponsors », cela représente un engagement clé sur porte, à impact concret, immédiat et local. « Planter des arbres à l’autre bout de la planète, c’est bien, mais nos sols, nos haies et nos vergers ont aussi besoin du soutien de nos entreprises ! »

BNP Paribas Fortis encourage l’agroécologie

Un message bien reçu par BNP Paribas Fortis, qui s’est engagé aux côtés de Farming for Climate. « La banque a créé des produits financiers, desquels elle rétrocède une partie du bénéfice pour financer des projets de transition menés par une dizaine de fermes belges, soit près de 350 hectares. Autrement dit, le client de la banque, qui choisit ce produit, contribue localement au changement », précise-t-il. En plus de cet impact, cela permet de créer du lien et des synergies entre agriculteurs et entreprises… « Par exemple, un brasseur wallon, qui a intégré la production agricole de la ferme soutenue dans sa chaine de valeur, afin de produire une bière 100 % locale et qui capte du carbone. » La boucle est bouclée, mais Farming for Climate, engagée dans les différents plans « verts » régionaux et européens, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « D’ici 2030, nous voulons aider 1000 fermes en transition, c’est-à-dire capter et éviter 300 000 tonnes de CO2 ! »

Positive Banking | BNP Paribas Fortis



« Les entreprises qui s’engagent à nos côtés peuvent avoir un impact local et concret, comme BNP Paribas Fortis, qui finance une dizaine de fermes en transition agroécologique en Belgique », Christophe Adant, impact entrepreneur chez Farming for Climate.

La UneLe fil info Partager
Sommaire