Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: le Parlement européen qualifie la Russie d’«Etat promoteur du terrorisme»

Le Parlement européen pointe dans sa résolution des « crimes de guerre » et demande de travailler à un neuvième paquet de sanctions européennes contre la Russie.

Temps de lecture: 3 min

Le Parlement européen rassemblé en plénière à Strasbourg a voté mercredi un texte qualifiant la Russie d’État soutenant le terrorisme, un geste symbolique et politique.

Une grande majorité des eurodéputés a voté en faveur de la résolution. En réalité, à l’exception du groupe de La Gauche (gauche radicale, dont fait partie le PTB pour la Belgique), du groupe d’extrême-droite ID (dont fait partie le Vlaams Belang), et des « non-inscrits », tous les groupes politiques de l’assemblée se sont prononcés en majorité en faveur du texte.

Et cela malgré quelques réticences, comme l’avait exprimé en début de plénière l’élue écologiste Saskia Bricmont (groupe Verts/ALE, 4e groupe de l’assemblée). Son groupe avait pour consigne de voter pour le texte, mais, tout comme son co-président Philippe Lamberts, l’eurodéputée belge s’est abstenue. « J’ai des réticences sur le plan légal, en tant que colégislateur européen nous risquons d’ouvrir une brèche. Il n’y a pas de définition commune (européenne) du terrorisme. Et les crimes d’agression et crimes de guerre imputés à la Russie dans son invasion de l’Ukraine sont en eux-mêmes déjà définis dans le droit international » et permettent donc une condamnation sur des bases solides, note-t-elle.

Autre son de cloche chez Tom Vandenkendelaere (CD&amp ; V), du principal groupe politique du Parlement (le PPE, droite conservatrice, démocrates-chrétiens). « La Russie attaque sans pitié des cibles civiles, des hôpitaux aux écoles en passant par des abris et des centrales énergétiques. Des actes qui violent le droit international. C’est pourquoi le Parlement européen donne aujourd’hui un signal politique très clair, en désignant la Russie comme État sponsor du terrorisme ». Le texte demande justement à l’UE de mettre en place « un nouvel instrument juridique européen qui définisse le terrorisme d’État au niveau européen et les conséquences que cela pourrait avoir », ajoute l’eurodéputé. « Cela ne se fera pas en un jour, mais on espère ainsi ouvrir la voie pour que Poutine et son régime puissent être tenus pour responsables de leurs crimes devant un tribunal international ».

Le Parlement européen pointe dans sa résolution des « crimes de guerre » et demande de travailler à un neuvième paquet de sanctions européennes contre la Russie. Il invite aussi le Conseil à inclure le groupe paramilitaire Wagner, entre autres, dans la liste européenne des organisations terroristes visées par des mesures restrictives. Il appelle finalement à isoler quasi complètement la Russie sur la scène internationale, entre autres en limitant au maximum les contacts diplomatiques ainsi que la représentation de Moscou dans les organisations internationales.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

40 Commentaires

  • Posté par José Dehove, mercredi 23 novembre 2022, 20:33

    @ Maesen Jean-Luc. Et donc... le Parlement européen a approuvé une résolution qui résonne comme un acte d'accusation unilatéral avec la condamnation associée sans quelque audition de l'accusé . Le parlement étant un organe 'législatif', on peut s'interroger s'il est de son rôle de prendre telle résolution et s'il n'y a pas grave violation du principe de séparation des trois poivoirs législatif, exécutif et judiciaire . De plus l'U.E. est partie indirecte en ce conflit par l'appui militaire en armes et conseils apporté à l'Ukraine : juge et partie donc... + Cela étant nous vivons les horreurs courantes de toute guerre et elles sont semblables à ce qui se déroule en tout conflit, tels reproches étant usuellement faits par chaque partie à l'encontre de l'autre partie... ++ Et au final telle résolution n'apporte rien à la recherche de la paix, bien au contraire ! Ellle n'est qu'une forme de 'masturbation intellectuelle'.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 24 novembre 2022, 14:43

    Vos frétillements du croupion pour ne pas accepter un acte fort du Parlement européen se fondent sur une connaissance mettons très approximative de la séparation des pouvoirs. Tout, chez vous, fait farine au moulin pour exonérer peu ou prou la Russie de son ignoble conduite .

  • Posté par José Dehove, mercredi 23 novembre 2022, 18:01

    Dont acte...

  • Posté par Maesen Jean-Luc, mercredi 23 novembre 2022, 19:57

    Et donc ? Ah oui, l'agression "cyber" en cours contre le parlement européen... Une idée de l'origine peut-être ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 23 novembre 2022, 16:38

    La cage aux folles comporte de plus en plus de perroquets qui craquent les éléments de langage du Kremlin, avec une piètre variété d'arguments compensée par une multiplication de pseudos plus gratinés les uns que les autres. Le tout desservi par le cliquetis de claviers russes mal adaptés à la correction du français.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

De Croo: «Cette guerre se réglera sur le terrain, la victoire de l’Ukraine devra être militaire»

En visite en Ukraine – avec Hadja Lahbib, ministre des Affaires étrangères –, Alexander De Croo nous adresse ce message catégorique sur l’issue, la seule possible à son sens, de la guerre et de l’agression russe : il n’y a pas de voie diplomatique, Vladimir Poutine n’est pas un interlocuteur, on se heurte à un « mur », la solution passe par le champ de bataille…

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une