Accueil Ma Santé

Ménopause: le traitement hormonal est-il une fatalité?

Lorsque surviennent les symptômes de la ménopause, un traitement hormonal peut supprimer l’inconfort des femmes. Décrié par certains, des évolutions sont à épingler en la matière. Mais des contre-indications demeurent.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Pour de nombreuses femmes âgées d’une cinquantaine d’années, elle représente la fin définitive d’un cycle, un an sans menstruations. Leurs ovaires cessent de fonctionner et ne sécrètent plus d’œstrogènes et de progestérone, les hormones reproductrices féminines ; la ménopause s’installe. Certaines franchissent cette étape sans trop d’inconfort, chez d’autres, des symptômes se manifestent et les incommodent. « Les symptômes les plus souvent rapportés sont les bouffées de chaleur et les palpitations. Certaines femmes sont aussi concernées par des sudations nocturnes, elles se réveillent comme si elles avaient pris une douche dans leur lit », détaille le professeur Jean-Luc Squifflet, chef du service de gynécologie des Cliniques universitaires Saint-Luc. « La ménopause peut aussi induire des sautes d’humeur. Moins fréquemment, une sensation de douleur articulaire. Les femmes se réveillent le matin avec l’impression d’être rouillées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Vlaminck Eric, jeudi 1 décembre 2022, 7:46

    Quel article réducteur et superficiel ! La balance risques-bénéfices est très largement en faveur de la substitution hormonale, et à long terme. Il n'existe aucun argument pertinent pour arrêter la prise d'œstrogènes "au plus vite". Il faut totalement inverser le mode de pensée : l'objectif est de prescrire des oestrogènes à toutes les femmes ménopausées, sauf (rares) contre-indications, et pour une longue durée, c'est à dire tant que les femmes sont mieux avec que sans.

Aussi en Ma Santé

Un dispositif liégeois mesure la fatigue musculaire des sportifs

Une start-up liégeoise a mis au point un outil pour mesurer la fatigue musculaire de l’élite sportive. Son utilité vient d’être validée scientifiquement par un laboratoire français, relié à l’Université de Saint-Etienne. Ce dispositif répond à un besoin sur le terrain.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs