Accueil Guerre en Ukraine

Boris Johnson: «L’Allemagne voulait une défaite rapide de l’Ukraine»

Selon l’ancien Premier ministre britannique, la France aurait été « dans le déni. »

Temps de lecture: 2 min

Juste avant l’invasion russe en Ukraine, l’Allemagne préférait une défaite rapide de l’Ukraine plutôt qu’un conflit prolongé. C’est ce qu’a affirmé mercredi l’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson. La France, selon Johnson, aurait été « dans le déni. »

Si les Etats membres de l’UE soutiennent aujourd’hui l’Ukraine en tant que bloc, ce n’était pas le cas avant la guerre, a affirmé Boris Johnson dans une interview accordée à CNN. Le fait que l’invasion ait eu lieu, a-t-il dit, a été « un choc énorme. » Il était clair que la Russie déployait des troupes à la frontière avec l’Ukraine, mais différents pays européens, selon l’ancien Premier ministre britannique, avaient des idées différentes sur ce que cela signifiait exactement.

Selon l’Allemagne, « il fallait en finir rapidement » en cas d’invasion éventuelle et « l’Ukraine plierait rapidement », a déclaré M. Johnson. Berlin aurait invoqué des raisons économiques pour justifier cette décision. « Je ne pouvais pas soutenir cela, je pensais que c’était une façon désastreuse de voir les choses. Mais je peux comprendre pourquoi ils ont pensé et ressenti cela », a expliqué Johnson.

Avant l’attaque russe, de nombreux gouvernements occidentaux craignaient que l’Ukraine soit vaincue en quelques jours en raison de la supériorité de l’armée russe.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Joute Dodo, vendredi 25 novembre 2022, 10:11

    Un certain nombre de dirigeants occidentaux n'ont découvert les véritables plans de poutine que le 26 février 2022. Faute des renseignements occidentaux, refus de voir le mal ou intoxication par les mensonges de poutine. Il est en tous cas heureux que l'uUkraine soit maintenant soutenue par ces mêmes occidentaux.

  • Posté par Wauters Georges, jeudi 24 novembre 2022, 16:04

    Pourquoi encore rapporter les propos de ce menteur invétéré alors qu il n est plus personne?

  • Posté par Maesen Jean-Luc, jeudi 24 novembre 2022, 20:47

    "Alors qu'il n'est plus personne" ? Et bien si M. Wauters, quoique l'on pense du "personnage extravagant", il reste lui-même (c'est-à-dire M. Boris Johnson) et un individu comme un autre, qui conserve le droit de s'exprimer comme tout un chacun.

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 24 novembre 2022, 0:31

    Et pour finir, c'est l'Allemagne qui avait raison, et pas Boris.

  • Posté par Maesen Jean-Luc, mercredi 23 novembre 2022, 23:40

    Entre <L'Allemagne voulait une défaite rapide de l'Ukraine> (titre) et <l’Allemagne préférait une défaite rapide de l’Ukraine plutôt qu’un conflit prolongé> (texte), il existe tout de même une "certaine nuance"... Mais en effet, l'Allemagne s'est mise elle-même "à la merci" des fournitures d'énergie de la Russie, et cette "option" s'est révélée totalement calamiteuse au final. Pour elle-même, et pour nous tous Européens. Concernant la France, les "estimations" de ses services de renseignements se sont révélées erronées, si pas complètement "à côté de la plaque". Les seuls à avoir gardé les yeux bien ouverts sont les services de renseignement britanniques et américains. Mais personne n'a voulu les prendre réellement au sérieux... et ce sont eux qui avaient raison malheureusement.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

De Croo: «Cette guerre se réglera sur le terrain, la victoire de l’Ukraine devra être militaire»

En visite en Ukraine – avec Hadja Lahbib, ministre des Affaires étrangères –, Alexander De Croo nous adresse ce message catégorique sur l’issue, la seule possible à son sens, de la guerre et de l’agression russe : il n’y a pas de voie diplomatique, Vladimir Poutine n’est pas un interlocuteur, on se heurte à un « mur », la solution passe par le champ de bataille…

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une