Accueil Société

Manque d'effectif chez Fedasil: un problème insoluble

L’argent et les bâtiments sont là pour créer 3.000 places d’accueil supplémentaires assure le gouvernement fédéral depuis des mois. Problème : Fedasil et ses partenaires manquent de bras. Résultats : plus de 2.000 personnes sont à la rue. Alors, on fait quoi ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 7 min

Interrogée dans Le Soir, en septembre dernier, sur les raisons de la crise de l’accueil en Belgique, la secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Nicole de Moor (CD&V) répondait ceci : « Le plus grand problème n’est pas l’infrastructure mais l’exploitation. Quatre mille places, cela signifie qu’il faut engager 800 personnes. Mais du personnel, il n’y en a plus. Fedasil et les ONG qui gèrent les centres disent qu’ils sont à bout de souffle. »

Un manque d’air, ou plutôt de personnel, que l’on confirme chez les principaux concernés. « La difficulté à recruter vient essentiellement de la pénurie de main-d’œuvre », détaille-t-on chez Fedasil. « Les postes recherchés relèvent de l’accompagnement (éducateurs, assistants sociaux), des métiers médicaux, des postes administratifs, techniques ou encore du personnel de permanence car les centres sont ouverts 24/7. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 24 novembre 2022, 22:51

    La Belgique est un trop petit pays pour accepter tant de migrants (surtout les illégaux). Désolé ; mais ce n'est pas Fedasil le "problème" ... mais bien l'immigration "chaotique" qui a été politisée par certains !

  • Posté par M Gérard, jeudi 24 novembre 2022, 16:41

    TO DAMS:Travailler est un mot qui les fait trembler...de peur. Désolé pour l'horrible faute ci-dessous.

  • Posté par dams jean-marie, jeudi 24 novembre 2022, 16:13

    Ce sont les chômeurs pro qui devraient faire ce boulot , en cas de refus fin des allocations ! Les familles à trois générations de glandeurs sont nombreuses , il est temps qu'ils travaillent !!!

  • Posté par M Gérard, jeudi 24 novembre 2022, 16:39

    TO DAMS:Travailler est un mot qui les frais trembler...de peur.

  • Posté par Visiteur, jeudi 24 novembre 2022, 13:36

    Quand les belges ne veulent plus faire un boulot , on fait quoi ? Faisons comme d'habitude .

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs