Accueil Opinions Éditos

Crise de l’accueil: le Palais des libertés, un nouveau parc Maximilien à huis clos

En 2015, tout le monde parlait des 800 personnes qui dormaient chaque nuit dans des tentes près de la gare du Nord. En 2022, peut-être parce que la crise se déroule à l’abri des regards, l’indifférence est quasi générale.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

C’est l’histoire d’une bourgmestre qui s’était accordé une semaine de vacances mi-octobre. A peine partie, elle apprenait que 200 migrants s’étaient installés illégalement dans l’un des bâtiments de sa commune. Le lieu était inhabité depuis plus de dix ans. Les travaux de rénovation venaient de commencer afin d’accueillir jusqu’à 350 réfugiés ukrainiens. Fâcheux mais plus ou moins gérable… Un mois plus tard, Cécile Jodogne (Défi) car c’est d’elle qu’il s’agit, découvrait stupéfaite que le Palais des libertés à Schaerbeek hébergeait désormais plus de 700 Afghans, Burundais… Sept cents demandeurs d’asile, qui disposent pour une écrasante majorité du précieux sésame délivré par l’Office des étrangers. Il garantit que l’Etat fournisse : un toit, de la nourriture et des soins. Un droit que l’Etat ne respecte plus. Il a d’ailleurs été condamné 7.000 fois par les tribunaux belges. Et 148 fois, rien que la semaine dernière par la Cour européenne des droits de l’homme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par collin liliane, jeudi 24 novembre 2022, 12:15

    "En 2015, tout le monde parlait des 800 personnes qui dormaient chaque nuit dans des tentes près de la gare du Nord". Tout le monde ???

  • Posté par Adolphe BoniZeur, president du Waalse Belang, jeudi 24 novembre 2022, 8:27

    #Remigration via Air VanGrieken

  • Posté par D Marc, jeudi 24 novembre 2022, 8:04

    Faudra-t-il un mort pour que l'on bouge? D'après les données, "non exhaustives", recueillies par le collectif "Les morts de la rue" , 587 personnes vivant à la rue ou en structure d'hébergement provisoire sont mortes en 2020.

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 24 novembre 2022, 12:52

    démarque et tu te crois malin avec tes propos de raclure d'extrême droite. Autant appeler un chat un chat.

  • Posté par D L, jeudi 24 novembre 2022, 9:23

    @Raspe, ce sont des gens comme vous qui vont tuer notre démocratie. Nous devons privilégier nos SDF contre ces migrants qui sont les coucous de l'espèce humaine.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Vladimir Vladimirovitch, êtes-vous un homme?

Ces derniers mois, le maître du Kremlin est interpellé dans des vidéos qui tournent, et tournent encore, par des mères et des épouses qui demandent des comptes à un régime qui leur a pris leurs époux et leurs fils pour les envoyer au front et dont elles ne savent rien.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs