Accueil Monde

Le Brexit ravive les divisions gauche-droite au Parlement européen

Après avoir réglé leur compte aux europhobes et eurosceptiques britanniques, Jean-Claude Juncker et la gauche du Parlement européen se sont opposés sur l’austérité.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 6 min

Ambiance des grands jours au Parlement européen à Bruxelles, pour ce qui allait être une session funéraire pour les uns, et le jour de leur vie pour les autres. Une session plénière «  pour la première fois convoquée aussi vote après un événement », a remarqué en l’ouvrant le président Martin Schulz (social-démocrate). Rendant hommage aux travailleurs britanniques des institutions – souvent réputés les plus compétents et les plus sérieux d’ailleurs – le président a suscité une longue et émue ovation debout au commissaire britannique Jonathan Hill présent dans l’hémicycle, qui a démissionné dès samedi après le référendum où le Brexit l’a emporté. (« Mon ami et mon frère, qui a tiré les conclusions du référendum et qui est un vrai démocrate », a ensuite loué le président de la Commission Jean-Claude Juncker.)

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Michel Gillard, mardi 28 juin 2016, 18:26

    43 ans de fiançailles pour refuser le mariage... c'est long !

  • Posté par Roland Courtois, mardi 28 juin 2016, 17:22

    « capacité budgétaire de la zone euro et sur les évolutions et adaptations possibles de la structure institutionnelle actuelle de l’Union européenne » Quelqu'un à compris cette belle phrase Européenne ?

  • Posté par Jean HENNAUX, mardi 28 juin 2016, 16:13

    " The same business as usual " Ce n'est pas cela qui arrêtera l'Euroscepticisme , accréditera plus la commission et éloignera définitivement d'autres sorties!

Aussi en Monde

Analyse La migration revient hanter le «partenariat» entre l’Europe et l’Afrique

Europe et Afrique se mettent à table pour recalibrer leurs relations. Les Européens sont concurrencés par d’autres acteurs sur le continent africain. Lequel reste leur priorité. Avec le défi migratoire en tête des préoccupations. Mais aussi le covid, la sécurité, les enjeux socio-économiques. Agenda chargé pour la deuxième réunion ministérielle Union européenne – Union africaine, ce mardi à Kigali.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs