Accueil Sports Coupe du monde

Coupe du monde – La photo du jour: la non-célébration du Suisse Breel Embolo contre le Cameroun

Lors de ce duel contre le Cameroun, la Suisse a ouvert le score en début de deuxième mi-temps. Un tir d’Embolo a fait vaciller la défense camerounaise.

Temps de lecture: 2 min

Il a levé les bras au ciel comme pour demander pardon, sans marque d’émotion sur le visage : Breel Embolo a lancé son Mondial-2022 par le but victorieux de la Suisse contre son Cameroun natal jeudi (1-0).

« C’est un rêve. Je suis extrêmement fier pour moi et ma famille » a brièvement commenté après la rencontre le joueur qui s’exprimait en allemand. « Nous sommes heureux de commencer ainsi le tournoi, félicitations à mon équipe. Et je souhaite le meilleur au Cameroun. »

Au stade al-Janoub de Doha, l’attaquant de l’AS Monaco venait de tenir deux promesses : marquer enfin en Coupe du monde, après quatre matches (dont une titularisation) en 2018, et ne pas célébrer trop fort s’il faisait du mal au pays de ses parents.

Arrivé en Suisse tout gamin, Embolo a parfaitement repris un centre en retrait létal de Xherdan Shaqiri pour tromper André Onana (48e). On ne saura jamais quel geste il aurait accompli en cas de deuxième but, Frank Zambo Anguissa est intervenu devant lui pour le priver du doublé (67e).

Pourtant Embolo a d’abord été muselé pendant une mi-temps par la défense camerounaise, subissant notamment la puissance physique de Jean-Charles Castelletto. « Si je marque, j’essaierai de ne pas célébrer », racontait-il à l’AFP avant le Mondial. « Mais le foot est un sport d’émotions. Si je célèbre, ce ne sera pas contre mon pays natal. Mais parce que je veux gagner », précisait l’avant-centre monégasque (25 ans).

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Analyse Diables rouges: la fin d’une génération dorée qu’on a tant adorée

Née en 2013 ou même en 2007 selon les avis, l’équipe belge a enchanté le pays et le monde entier durant une bonne décennie. Si elle a connu des heures de gloire exceptionnelles, notamment en 2018, la déception qui habite les supporters belges après l’élimination précoce au Qatar est à la hauteur des attentes parfois illégitimes qu’elle a suscitée ces derniers temps.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb