Accueil Sports Coupe du monde

Coupe du monde: le Brésil impressionne face à la Serbie mais retient son souffle pour Neymar

Le Brésil, qui se présente en favori de la Coupe du monde, a forcé le verrou serbe grâce à un doublé de Richarlison et s’est imposé 2-0 pour son entrée en lice dans la compétition jeudi soir au stade de Lusail.

Temps de lecture: 3 min

Un doublé en seconde période de l’avant-centre Richarlison a permis au Brésil de s’imposer 2 à 0 après avoir longtemps buté sur une défense serbe héroïque, jeudi lors de l’entrée en lice des deux équipes dans le Mondial, à Doha. La belle soirée de la « Seleçao » est néanmoins entachée d’un gros point noir avec la sortie su blessure de Neymar à dix minutes de la fin du match.

La Seleçao prend ainsi à la différence de buts la tête du groupe G, à égalité de points avec la Suisse, victorieuse du Cameroun 1-0 en début d’après-midi. Brésiliens et Suisses seront opposés lundi (17h00) lors de la deuxième journée.

Dans le stade de Lusail où sera jouée la finale, le 18 décembre, le Brésil a d’entrée pris le jeu à son compte, avec un Neymar très actif et ne ménageant pas non plus ses courses défensives, jusqu’à son remplacement à la 80e, apparemment touché à un pied.

Une heure durant, la défense serbe et ses grands gabarits, remarquablement placés devant l’excellent gardien Vanja Milinkovic-Savic, ont pourtant mis en échec les nombreuses tentatives adverses.

Car le Brésil a très nettement dominé cette rencontre (24 tirs à 4 sur l’ensemble du match selon les statistiques de la Fifa) et a largement mérité sa victoire.

En première période, la formation de Tite s’est procuré trois grosses occasions de but. La première à la 27e minute, mais le géant Milinkovic-Savic est sorti victorieusement dans les pieds de Vinicius Jr, idéalement lancé par Thiago Silva, le capitaine auriverde.

Puis Raphinha s’est à son tour retrouvé seul face au but serbe après un une-deux avec Paqueta, mais sa frappe trop molle du gauche a été captée par le gardien du Torino (35e).

Six minutes plus tard c’est Vinicius, alerté par Casemiro, qui a semblé bien près d’ouvrir la marque en profitant d’une erreur de Nikola Milenkovic, mais ce dernier s’est racheté en revenant contrer in extremis le tir de l’attaquant du Real Madrid (41e).

L’on se demandait alors combien de temps encore la défense serbe allait tenir face à ces vagues d’attaques jaunes et vertes. Une domination outrageuse, au point que les hommes de Dragan Stojkovic n’ont pas réussi à placer un seul tir cadré au cours des 45 premières minutes !

Superbe but de Richarlison

Le scénario se répétait dès l’entame de la seconde période et Raphinha, après avoir chipé le ballon à Nemanja Gudelj, se voyait une nouvelle fois mis en échec par Milinkovic-Savic (46e).

Neymar, lui, s’est vu offrir une belle occasion avec un coup franc sifflé à distance idéale pour une faute sur lui-même, mais sa frappe a été détournée par le mur serbe (49e).

Après une frappe d’Alex Sandro sur le bas du montant droit du but adverse, le Brésil a fini par trouver l’ouverture et la délivrance par son avant-centre Richarlison, qui a envoyé dans le but un ballon repoussé dans ses pieds par Milinkovic-Savic sur une frappe de Vinicius Jr (63e) lancé par Neymar.

Obligés dès lors de se découvrir les Serbes parvenaient à se montrer dangereux notamment sur des corners mais s’exposaient aux contres brésiliens.

Et sur l’un d’eux, l’attaquant de Tottenham s’offrait un doublé et libérait les siens d’un enchaînement contrôle du gauche-frappe du droit en rotation (73e). Splendide !

Le score en restait là malgré une nouvelle frappe de Gabriel Jesus sur la transversale (81e).

Le Brésil peut être rassuré par cette entrée en matière, face à un adversaire qui était déjà dans sa poule lors du Mondial 2918 en Russie. La Serbie, elle, devra montrer plus d’allant offensif si elle souhaite enfin franchir le cap des poules, après ses échecs en 2010 et 2018.

Revivez les moments forts de la rencontre :

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 25 novembre 2022, 18:52

    Neymar? Ce n'est pas le soutien de Bolsonaro? Il a le droit, bien sûr, c'était seulement pour dire comme ça en passant.

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Analyse Diables rouges: la fin d’une génération dorée qu’on a tant adorée

Née en 2013 ou même en 2007 selon les avis, l’équipe belge a enchanté le pays et le monde entier durant une bonne décennie. Si elle a connu des heures de gloire exceptionnelles, notamment en 2018, la déception qui habite les supporters belges après l’élimination précoce au Qatar est à la hauteur des attentes parfois illégitimes qu’elle a suscitée ces derniers temps.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb