Accueil Monde Asie-Pacifique

La diplomatie du panda ne suffit plus pour adoucir l’image de la Chine

Avec son allure de peluche, le panda géant est le meilleur ambassadeur de la Chine : difficile de résister à son charme nonchalant. Et lorsque Pékin envoie à l’étranger ses « trésors nationaux », c’est d’abord pour entretenir de bonnes relations politico-commerciales. Mais d’autres facteurs compliquent la donne.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Le Qatar est devenu tout récemment le premier pays du Moyen-Orient – et le 20e au monde – à recevoir un couple de pandas : Suhail et Soraya, aux doux noms d’étoiles, arrivés mi-novembre et actuellement en quarantaine, vont bientôt intégrer leur luxueuse « panda house » climatisée à 50 km de Doha. Selon l’ambassadeur de Chine au Qatar, ils portent « les meilleurs vœux d’1,4 milliard de Chinois au peuple qatari, notamment pour le succès de la Coupe du monde ». Mais aussi pour que le Qatar, gros producteur d’un gaz naturel liquéfié dont la Chine a grand besoin, soit pour elle un partenaire et un allié fiable…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Haegelsteen Philippe, dimanche 27 novembre 2022, 9:56

    Pandamania Pandémiemania : made in China.

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs