Accueil Société Santé

Pairi Daiza: une première scientifique belge synonyme d’espoir pour la préservation des espèces en danger

Le professeur Serteyn de l’ULiège est parvenu à cultiver des cellules souches au départ d’un prélèvement effectué sur un lionceau et un bison de Pairi Daiza. Une première qui ouvre la voie à de nombreuses avancées notamment dans le domaine de la conservation des espèces.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 4 min

Ce sont les mères de toutes les cellules. Les cellules souches sont celles à partir desquelles se développent toutes les autres cellules. Capables de se multiplier, de s’auto-renouveler et de se différencier en cellule spécialisée (peau, foie, globules rouges et blancs, etc.) ces cellules sont au cœur d’importantes avancées thérapeutiques humaines ces dernières années, notamment par leurs capacités de régénération des organes et des tissus. A Liège, le professeur de la faculté vétérinaire Didier Serteyn, a lancé Revatis, une spin-off de l’ULiège dédiée à la médecine régénérative et à la thérapie cellulaire avec la particularité de s’intéresser aux hommes et aux animaux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bricourt Noela, samedi 26 novembre 2022, 8:55

    Génial cet article et surtout les chercheurs.

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs