Accueil Monde France

France: nouvelle motion de censure à l’Assemblée, le gouvernement sous tension

Privée de majorité absolue à l’Assemblée, Elisabeth Borne a engagé de nouveau la responsabilité du gouvernement pour faire adopter sans vote la partie recettes du projet de budget 2023 de la Sécurité sociale, en nouvelle lecture.

Temps de lecture: 3 min

Elisabeth Borne fait face vendredi soir à une nouvelle motion de censure de LFI à l’Assemblée, sans risque pour son gouvernement mais débattue dans un contexte houleux au Palais Bourbon après les invectives échangées la veille.

Dans son discours, la Première ministre a d’ailleurs appelé à ne pas « basculer dans des jeux de rôle, voire des pugilats », dans une allusion à la séance houleuse vingt-quatre heures plus tôt.

« Je ne me résous pas à la litanie des 49.3 et des motions de censure », a-t-elle assuré, en appelant au « compromis ».

Avec leur motion de censure, les Insoumis répondent au déclenchement d’un cinquième « 49.3 » sur un texte budgétaire.

Privée de majorité absolue à l’Assemblée, Elisabeth Borne a en effet engagé de nouveau la responsabilité du gouvernement pour faire adopter sans vote la partie recettes du projet de budget 2023 de la Sécurité sociale, en nouvelle lecture.

Et la Première ministre pourrait même déclencher une sixième fois cette arme constitutionnelle du « 49.3 » en toute fin de soirée, sur le volet dépenses cette fois.

Mais les députés de l’opposition sont surtout revenus sur la séance particulièrement électrique de jeudi où les noms d’oiseaux ont fusé dans l’hémicycle, jusqu’à un « Tu vas la fermer » lancé par l’élu guadeloupéen Olivier Serva (Liot) au groupe Renaissance.

A coups de suspensions de séances et d’amendements, le camp présidentiel a empêché le vote d’un texte LFI pour la réintégration des soignants non-vaccinés contre le Covid-19, exaspérant les oppositions.

Vendredi soir, la LFI Caroline Fiat a d’emblée pilonné « l’image inadmissible du gouvernement hier » et le ministre Olivier Véran « fanfaronnant comme à son habitude ».

Elle a reproché aux macronistes leurs « centaines de sous-amendements ridicules » pour ralentir les débats.

Le LR Yannick Neuder a dénoncé à son tour la « situation chaotique d’hier soir », se disant « consterné par le comportement de la majorité et du gouvernement » et son « petit jeu de l’obstruction », un « déni de démocratie ».

Le débat sur le budget relégué au second plan.

L’Assemblée nationale n’avait débattu que trois heures de son volet recettes. Elle avait voté sur proposition du gouvernement une enveloppe supplémentaire de 543 millions d’euros pour l’hôpital en 2022, en raison des « surcoûts liés au Covid ».

Ils s’ajoutent aux quelque 570 millions d’euros pour l’hôpital présentés devant le Sénat en première lecture, afin notamment de « faire face à l’épidémie précoce de bronchiolite », avait précisé le ministre de la Santé François Braun.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par lambert viviane, samedi 26 novembre 2022, 3:19

    Quel bordel ! Merci la Macronie

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une