Accueil Culture Musiques

Nelson, Spyres. Berlioz

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Erato

La collaboration du chef américain et du Philharmonique de Strasbourg nous a déjà valu quelques parutions exemplaires. Ce nouveau disque nous vaut une double révélation. Celle de Timothy Ridout, une gloire montante de l’instrument qui réussit le miracle d’assumer une partie soliste engagée tout en se fondant comme un membre à part entière de l’orchestre fulminant de Berlioz. La seconde nous vient de Michaël Spyres qui nous seulement chante seul le cycle des « Nuits d’été » primitivement prévu pour quatre timbres mais surtout parvient à respecter les tonalités d’origine, à l’encontre des multiples cantatrices qui se sont illustrées dans ce cycle. Ce ne serait qu’un exploit si une unité profonde et fertile ne se dégageait de ces interprétations. Un exploit qui est d’abord un bonheur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs