Accueil Société Régions Bruxelles

Emeutes après Belgique-Maroc: les syndicats policiers épinglent le gouvernement bruxellois

Les syndicats de police, qui organisaient lundi une manifestation pour réclamer davantage de respect, estiment que le gouvernement bruxellois porte une grande responsabilité dans les émeutes qui ont éclaté dimanche dans le centre-ville, dans la foulée du match Belgique-Maroc.

Temps de lecture: 1 min

Ces situations se produisent depuis 20 ans. Il est grand temps que la tolérance zéro soit appliquée et qu’on agisse pour rendre cette ville à nouveau vivable », a commenté Vincent Houssin du SLFP suite aux émeutes qui ont éclaté dimanche dans le centre-ville, dans la foulée du match Belgique-Maroc.

« Ces gens n’étaient pas là pour faire la fête, ce sont des jeunes qui ne reculent devant rien pour faire d’un après-match un grand moment de violence dans les rues de Bruxelles. Nous ne pouvons l’accepter. Cela fait longtemps que le politique aurait dû comprendre qu’il faut apporter une réponse à ces actes », a poursuivi Carlo Medo du SNPS.

« Des crapules »

« Au lieu de la fête, on a vu des crapules qui n’étaient là que pour casser et chercher la confrontation avec la police », déplore Eddy Quaino de la CGSP.

À lire aussi Coupe du monde: de violentes émeutes ternissent la victoire du Maroc

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par eric biltiau, lundi 28 novembre 2022, 17:47

    Ce ne sont pas des supporters marocains qui ont fait tous ces dégâts mais bien des crapules et délinquants que la justice est incapable de punir judicieusement.Tout repose sur la police qui se fait canarder mais qui ne peut se défendre adéquatement par peur d'être condamnée par le pouvoir judiciaire si une malheureuse crapule porte plainte contre elle. La justice est au taquet quand il s'agit de "préserver les droits" de délinquants (cf les boxes) mais se montre d'un laxisme inouï pour permettre à la police d'utiliser des moyens efficaces pour neutraliser cette délinquance qui sait que RIEN ne peut leur arriver puisqu'il suffit qu'elle échappe à toute arrestation. Combien de commerces et structures publiques doivent encore être détériorées AVANT que la police ne puisse répliquer de façon automatique pour éradiquer cette racaille de nos rues?

  • Posté par Bastin Eric, lundi 28 novembre 2022, 15:41

    Pourquoi le gouvernement bruxellois ? Ce ne sont pas les bourgmestres qui ont autorité sur la police ? Celui de Bruxelles, Monsieur Raurif, n'a pas laissé faire : il a donné les instructions nécessaires, qui ont exécutées, pour que ces désordres restent cantonnés aux boulevards du Midi et Lemonnier. Interdire a priori tout rassemblement aurait été contreproductif. Il faut aussi garder un équilibre entre la liberté de se rassembler et le maintien de l'ordre. Nous ne sommes pas en Chine, ici.

  • Posté par Druide David, mardi 29 novembre 2022, 0:34

    Mais qu'est ce qu'on doit pas lire comme débilités de gauchistes en manque d'utopie

  • Posté par Raurif Michel, lundi 28 novembre 2022, 15:17

    Close savait mais, comme d'habitude, il n'a rein fait ou plutôt, il a laisser faire !! Quel merveilleux bourgmestre que ce Close !!!!!

  • Posté par Claude , lundi 28 novembre 2022, 17:10

    L'affaire est donc Close! (pour lui sûrement jusqu'à la revoyure)

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo