Euro 2016: Lille attend les supporters belges de pied ferme

Vendredi, le bar de Benoît, au pied du stade, sera totalement décoré aux couleurs belges. © Roger Milutin
Vendredi, le bar de Benoît, au pied du stade, sera totalement décoré aux couleurs belges. © Roger Milutin

Le mot d’ordre est lancé par tous les clubs de supporters du pays. Vendredi, tous les fans des Diables qui souhaitent faire la fête et soutenir les hommes de Marc Wilmots sont invités à se retrouver à Lille. Qu’ils aient un ticket pour le quart de finale contre le pays de Galles ou pas. L’occasion de soutenir l’équipe nationale dans un match avec un tel enjeu, si près de la Belgique, ne se représentera pas de sitôt.

Au pied du stade Pierre Mauroy qui accueillera la rencontre, à Villeneuve-d’Ascq, l’esplanade sera comble dès vendredi après-midi. Trompettes, chants, drapeaux, chapeaux et déguisements en tous genres donneront incontestablement une couleur belge aux lieux. On en était encore loin ce mardi. Mais les choses se préparent, comme dans la brasserie Beers & Co où un drapeau belge pend au milieu de la grande salle.

« Vendredi, toute la déco sera aux couleurs belges, annonce fièrement Benoît, le gérant. Pour nous, c’est LE match de l’Euro. Nous attendons avec impatience les supporters belges. Ils sont bien plus fervents que les Français et ils ont beaucoup plus de convivialité. Les seuls débordements dont ils sont capables, ce sont des débordements de joie. Certains étaient présents chez nous dimanche pour la victoire 4-0 contre la Hongrie. C’était un truc de fous ! »

Et les Belges, Benoît les connaît. « On a la chance de les voir souvent, poursuit le commerçant. Il y a au moins 30 % des supporters du Losc qui viennent de Belgique. Quand le tirage au sort de l’Euro a eu lieu, j’espérais vraiment que la Belgique arrive jusqu’en quart de finale pour pouvoir les recevoir. Ce sera une apothéose. A Lille, on est tous un peu belges. D’ailleurs, vendredi, on ne vendra que de la Jupiler. On sait ce qu’ils aiment. »

Les commerçants sont prêts pour accueillir les supporters des Diables. © Roger Milutin
Les commerçants sont prêts pour accueillir les supporters des Diables. © Roger Milutin

« On les attend aussi, embraie Frédéric, gérant de the Factory, le bistrot voisin. On sait qu’avec eux, ce sera la fête. Les Belges sont un peu comme les Irlandais. Si on pouvait avoir une finale entre la Belgique et la France, ce serait formidable ! »

Pas d’écrans sur les terrasses

Seule ombre au tableau pour les cafetiers situés aux abords du stade comme pour ceux du centre-ville, un arrêté municipal leur interdit de déployer des écrans sur leur terrasse. Ils doivent impérativement rester à l’intérieur des établissements. « Nous avons dû fermer deux fois depuis le début de l’Euro à cause des Anglais et des Russes, déplore Jean, gérant de l’Abbaye, sur la place Charles de Gaulle, et qui habite à Herseaux. Avec les Belges, ce ne sera pas comme ça car ils sont festifs même quand ils sont alcoolisés. Mais le match ne sera diffusé qu’à l’intérieur et toutes les boissons seront servies en gobelet pour la sécurité. » Le prix moyen de la bière dans la ville et près du stade : 5 euros pour 50 cl. Pas très éloigné des prix pratiqués en temps normal.

Dans l’hôtellerie, par contre, les prix ont flambé depuis le début de la compétition. Et les hôtels affichent quasi tous complets. Il sera difficile pour les supporters belges qui le souhaiteraient de trouver un lit à Lille s’ils ne souhaitent pas reprendre la route après le match.

« Nous affichons quasi complet depuis le début de l’Euro pour tous les jours de match, sourit David, réceptionniste à l’hôtel Continental, face à la gare de Lille-Flandres. Pour les nuits de jeudi et de vendredi, il nous reste deux chambres. Lorsqu’il y a des annulations suite à l’élimination d’un pays, les chambres sont reprises aussi vite par d’autres supporters. Côté prix, une chambre double coûte 80 euros un jour normal et 165 euros, un jour de match. »

Un peu plus loin, l’hôtel Napoléon affiche le même bilan. « A part deux chambres libres, nous sommes complets, constate Alexandre. Les réservations pour jeudi et vendredi sont essentiellement faites par des Belges, des Anglais et des Asiatiques. Nous recevons beaucoup de coups de fil de Belges mais nous ne pouvons pas accepter tout le monde même si nous aimons beaucoup les Belges qui ressemblent aux Irlandais dans leurs attitudes. » Pour se loger au Napoléon, il faudra débourser entre 130 et 260 euros alors qu’en temps normal, les chambres se négocient entre 65 et 90 euros. A l’hôtel Flandres Angleterre voisin, le curseur des prix des chambres oscille entre 102 et 350 euros alors qu’il est habituellement bloqué à 80 euros.

Pour les retardataires, se loger à Lille reste cependant possible pour vendredi. L’hôtel Brueghel, dans le piétonnier, dispose encore d’une dizaine de chambres à 185 euros. « Les supporters belges sont les bienvenus, affirme une responsable. Nous avons hébergé des Irlandais que nous avons vu partir avec beaucoup de tristesse. » Il reste aussi quelques possibilités via airbnb même si les hébergements partent comme des petits pains depuis lundi.

Cet article exclusif du Soir+ est à lire gratuitement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous