Accueil Culture Cinéma

Andrea Arnold: «Cow invite chacun à avoir sa propre interprétation»

Cinq ans après « American Honey », la réalisatrice britannique revient avec « Cow », un documentaire qui suit le quotidien d’une vache laitière. Fascinant.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Les films d’Andrea Arnold ont quelque chose de fascinant, d’intense, de vrai. Sont faits de peu de dialogues et de beaucoup de sensations. Comme pour mieux capter la réalité. Découverte à la fin des années 1990 avec Milk, un court-métrage qui fera sensation à la Semaine de la critique à Cannes, elle remportera l’Oscar du meilleur court-métrage en prises de vues réelles en 2004 pour Wasp. Puis décrochera trois fois le prix du Jury du Festival de Cannes pour Red Road (2006), Fish Tank (2009) et American Honey (2016).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs