Accueil Belgique Politique

Une nouvelle manifestation nationale annoncée pour le 15 décembre

Les syndicats chrétien et socialiste ne sont pas satisfaits de l’accord conclu par le gouvernement fédéral.

Temps de lecture: 2 min

Les syndicats organiseront une nouvelle manifestation nationale en faveur du pouvoir d’achat le 15 décembre à Bruxelles, a-t-on appris mardi auprès de la CSC et de la FGTB. Ils entendent notamment dénoncer les prix actuels de l’énergie. Ce n’est donc pas un hasard si cette date a été choisie puisqu’un sommet européen se tiendra alors dans les rues de la capitale.

La décision de descendre une nouvelle fois dans la rue intervient au lendemain d’une proposition de conciliation du gouvernement fédéral face à l’impasse des négociations salariales entre employeurs et syndicats.

Une proposition qui ne trouve pas grâce aux yeux de la FGTB. Les mesures « sparadraps » posées sur la norme salariale à 0 %, comme le chèque consommation allant de 500 à 750 euros au sein des entreprises ayant eu de bons résultats, ne profitent pas à la concertation sociale, insistait d’ailleurs le syndicat socialiste mardi matin. « Manifestation nationale en front commun le 15/12 à Bruxelles », a-t-il tweeté, dans la foulée, mardi après-midi.

La CSC a également décidé mardi, après plusieurs contacts et un bureau national, de mener une action en front commun syndical avec la FGTB et la CGSLB le 15 décembre dans la capitale, selon un porte-parole du syndicat chrétien.

La participation de la CGSLB n’est cependant pas encore certaine. Une réunion était en cours mardi après-midi pour déterminer la position du syndicat libéral, indiquait ainsi un porte-parole.

À lire aussi Une prime en plus de l’indexation, mais pas pour tout le monde

Le choix d’organiser une manifestation à cette date n’est pas un hasard, explique Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC. « Nous l’organisons pour interpeller les décideurs politiques quant à l’urgence de plafonner les prix de l’énergie alors qu’aura lieu le même jour un sommet européen à Bruxelles. »

Le 9 novembre dernier, une journée nationale d’action et de grève générale avait déjà été organisée. La CSC et la FGTB – mais pas la CGSLB – avaient alors déjà mobilisé leurs membres pour réclamer un plafonnement des prix du gaz et de l’électricité et dénoncer la loi sur la norme salariale.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par c006ED7, mercredi 30 novembre 2022, 11:17

    Le syndicat socialiste toujours aussi fort pour ignorer les vrais problèmes et s'attaquer aux problèmes secondaires à la place. Le pouvoir d'achat en Belgique est détruit par la spoliation fiscale rendue nécessaire pour faire vivre la montagne d'encartés politiques et autres emplois publiques où le PS a casé depuis 50 ans une bonne partie de son électorat. Mais ça motus, ils prennent leur ordre au Boulevard de l'Empereur.

  • Posté par Mauer Marc, mercredi 30 novembre 2022, 8:50

    Ou comment se tirer une balle dans le pied !

  • Posté par De Kegel André, mardi 29 novembre 2022, 23:46

    Il serait utile qu'ils fassent un petit coucou aux ambassades de Russie et d'Ukraine. Elles ne sont pas loin l'une de l'autre.

  • Posté par Moritz Montanez, mercredi 30 novembre 2022, 5:06

    @Lambert - Octa+ ou Mega, pour ne citer qu'eux, ne "produisent" pas d'énergie mais distribuent ce qu'ils achètent au marché de gros. Ils sont trop petits joueurs pour déterminer les prix et personne ne peut prédire les tendances (sur le pétrole, les arabes ont encore fermé les robinets pour faire grimper les cours !). Engie ou Luminus produisent de l'électricité verte dont le prix est déterminé sur celui du gaz. Là encore, ce ne sont pas eux qui imposent la règle du jeu. Enfin, Total a accordé des ristournes à la pompe alors que nos gouvernements de gauche débattent encore de la TVA, des accises et des frais de distribution (50% du prix de l'électricité !) salivant sur cette manne opportune qui n'est qu'un impôt déguisé. Quant aux actionnaires, après l'isoc à 30% et le précompte mobilier à 25%, on verra ce qu'il restera de leur "bénéfice" hein ? Rien ne vous interdit d'ailleurs d'investir dans ces sociétés pour "participer à la fête". Beaucoup d'épargnants le font pour compléter la pension minable qui leur reste après 40 ans de carrière.

  • Posté par Lambert André, mercredi 30 novembre 2022, 0:16

    Oui, pourquoi pas aussi. Mais, force est de constater que ceux qui spéculent et profitent abusivement sur la crise provoquée par ce conflit, ce sont bien principalement ces sociétés productrices d'énergies et ce pour le grand bien de leurs actionnaires dont les poches ne seront jamais assez profondes, tout en amenant inéluctablement les populations vers une paupérisation plus que certaine.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

120 élues se mobilisent pour un #Metoo politique belge

Des femmes élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires et militantes gravitant autour et dans les milieux politiques, appellent le monde politique à prendre ses responsabilités face aux violences sexistes, sexuelles et psychologiques exercées par des mandataires publics ou apparentés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une