Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: aider Kiev «plus vite»... pas si simple

L’Otan se mobilise pour contrer la « nouvelle arme de guerre » de Vladimir Poutine : l’hiver. Les Alliés promettent d’assister l’Ukraine « pour la réparation de ses infrastructures énergétiques et la protection de sa population contre les attaques de missiles ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

C’est une course de vitesse, au cœur de la saison froide, à l’issue incertaine. D’un côté, Vladimir Poutine tente de créer un désastre humanitaire en Ukraine, à défaut de reprendre du terrain. De l’autre, les Alliés se mobilisent pour réparer au plus vite les infrastructures « critiques » détruites et transférer sur le terrain de nouveaux moyens de défense anti-aérienne.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 30 novembre 2022, 17:01

    Et pour compléter: Posté par Bertrand Christophe, lundi 10 octobre 2022, 10:17 - Pour ce qui est des morts civils dans le Donbass, les choses sont très bien documentées par l'OSCE, qui avait des observateurs sur place (mission d'observation dorénavant interdite par les russes). Il faut rappeler que le 28 février 2022, Igor Konaсhenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense déclarait : «Les actions militaires du régime de Kiev et l’extermination systématique des habitants du Donbass ont duré huit ans. Au cours de cette guerre, plus de 14000 personnes, dont des centaines d’enfants, sont mortes». En fait le nombre total de morts est de 13200. Ce sont en fait les morts des deux côtés (pas seulement les séparatistes) et cela inclut les militaires, les miliciens et les civils. Pour les civils, ce sont 3350 personnes (y inclut bien-sûr le MH17...) en 6 ans : 2084 morts en 2014, 954 en 2015, 112 en 2016, 117 en 2017, 55 en 2018, 27 en 2019, 1 seul en 2020. *https://www.ohchr.org/sites/default/files/Documents/Countries/UA/29thReportUkraine_EN.pdf* Par ailleurs, deux rapports de l'OSCE répertorient les morts "civils": *https://www.osce.org/special-monitoring-mission-to-ukraine/342121* *https://www.osce.org/special-monitoring-mission-to-ukraine/469734*. Selon ces rapports, pour la période de janvier 2016 au 15/09/2020 on dénombre: 249 civils tués dont 83 résidaient dans des territoires sous l’égide du gouvernement ukrainien, et 154 vivaient dans les régions du Donbass contrôlées par les séparatistes, et 12 se trouvaient dans une zone sous contrôle d’aucune des parties. Conclusion: au moment de l'invasion russe le 24 février, le Donbass était en fait un conflit quasiment gelé. Il faut par ailleurs rappeler que depuis 2014, la Russie n'a jamais demandé la moindre enquête internationale pour attester de ce prétendu " génocide "des russophones du Donbass. Quant aux accords de Minsk II, ils n'ont pas été appliqués non-plus par les séparatistes pro russes: les maires ukrainiens de la régions ont tous été emprisonnés ou torturés et les russes n'ont jamais rendu le contrôle des postes frontaliers. En fait, ce forum est infecté d'idiots utiles et de faux dévots de la paix : ce que veut Poutine depuis le début, c'est récupérer l'Ukraine et y mettre un régime politique à sa botte. Peu en importe le prix humain. Et rien ne l'arretera, sauf les armes que nous donnons aux ukrainiens

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, jeudi 1 décembre 2022, 11:33

    Merci pour ce rappel du rappel du rappel, M. Smyers. Il est toujours utile (et fondamental ?) de rappeler (et oui...) sans cesse la réalités des faits.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 30 novembre 2022, 16:51

    Pour L PY, qui se cache courageusement derrière un pseudo 1- Dans toutes les interventions, on peut faire la part des choses entre les faits et les intentions. Les faits avancés par les soutiens à l'Ukraine sont pour la plupart vérifiables; ceux des contempteurs de M. Zelensky relèvent souvent de l'anecdote, du mensonge, de la diffamation, sans tenir aucunement compte des arguments factuels qui leurs sont opposés. Ils ne prennent pas en compte que l'Ukraine résiste à une invasion cruelle et totalement injustifiable, sur le plan de la morale et de ce qui reste du droit de la guerre. Factuellement aussi, la multiplication des pseudos n'est un signe ni d'honnêté intellectuelle, ni de volonté de transparence. Sur les intentions, les choses sont infiniment plus intéressantes: quelles sont les motivations réelles de l'armada pro-Putin, sinon la propagande? Les motifs sont tout sauf généreux, empathiques et ne relèvent pas du tout d'un sens moral et éthique minimal. Au delà des échanges, tantôt infantiles, tantôt beaucoup plus vifs, une question de base doit à chaque fois être posée: quelle est le but de celui qui poste son commentaire. Elle peut être suivie d'une deuxième: quelles sont les méthodes employées pour y arriver? 2- Posté par Van Ryn Charles-axel , 20/10/2022 à 08:36. Vous faites un peu trop facilement porter le chapeau à l'Ukraine concernant le non-respect des accords de Minsk. Or la Russie est ses alliés autoproclamés y ont pris une part essentielle. Ces accords de Minsk prévoyaient le respect d'un cessez-le-feu, le retrait des troupes russes des sous régions occupées et ensuite des élections locales. Mais la poursuite de l'état de guerre, nourri notamment par la continuation d'opérations militaires russes de conquête de territoire ukrainien, telle la prise de l'aéroport de Donetsk et les bombardements russes du réseau ferroviaire, ont fait en sorte qu'aucun des engagements souscrits n'a été respecté par personne, et surtout pas par la Russie et ses affidés qui ont maintenu en permanence un état de guerre sur le terrain auquel l'Ukraine a répliqué. La vérité historique exige de l'objectivité et de l'honnêteté intellectuelle. A défaut on risque d'en arriver à épouser les thèses poutiniennes en vogue en ce moment. Ce qu'on omet trop souvent de citer par contre sont les mémorandums de Budapest de 1994 aux termes desquels la Russie s'était engagée, en contrepartie de la restitution de l'arsenal nucléaire ukrainien, à respecter l'indépendance territoriale de l'Ukraine et sa souveraineté DANS SES FRONTIÈRES ACTUELLES. La Russie s'était également engagée à s'abstenir de toute menace et de tout usage de la force envers l'Ukraine, et surtout à s'abstenir de toute utilisation d'armes nucléaires. Le respect de ces engagements russes étaient garantis par les États-Unis et le Royaume-Uni, sous l'égide de l'Onu. Que reste t il de ces engagements russes aujourd'hui ? Rien. Ceci est également un vérité historique. Résumé: c'est bien la Russie qui a envahi l'Ukraine et commis des crimes de guerre.

  • Posté par L PY, mercredi 30 novembre 2022, 10:38

    "L’Ukraine n’a jamais été une menace pour la Russie (…)" ___ Le régime de Kiev ayant : 1- déclaré depuis longtemps vouloir mettre la Russie hors de Sébastopol qui est un port stratégique pour la Russie 2- déclaré son hostilité aux russophones du pays, en particulier du Donbass, plusieurs fois décrits comme des sous-hommes, et avoir atteint à leurs droits 3- bombardé les populations civiles du Donbass depuis 8 ans 4- déclaré n'avoir jamais eu l'intention de respecter les accords de Minsk, que ceci avait pour seul but de gagner du temps pour préparer son armée à une plus grande offensive dans le Donbass 5- démontrer son affection pour les "bandéristes" c'est-à-dire des néonazis qui répandent une haine de la Russie ... ils ont plus que suffisamment prouver que l'Ukraine était une menace pour la Russie et les russophones. Aujourd'hui l'Ukraine entraine toute l'Europe dans la guerre et la misère, dans un jusqu'au boutisme extrémiste car elle a fermé la porte à toute négociation avec comme leit motiv : la victoire militaire ou la destruction totale. Autant dire que face à une puissance nucléaire qui se bat pour ses intérêts à sa propre frontière, la victoire militaire est impossible. Kiev a donc décidé de sa propre destruction, ce qui ravit l'OTAN qui n'en a rien à cirer de l'Ukraine mais veut juste saigner la Russie. Si cela peut se faire au prix de la destruction de l'Ukraine, l'OTAN ne voit aucun inconvénient à sacrifier ses pions.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 1 décembre 2022, 10:05

    Commentaire de M. Lefèvre dans la droite ligne du "storytelling" du Kremlin.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs