Accueil Culture Scènes

«Si j’étais moi»: le capitalisme en pleine gueule de bois

Mathias Simons s’inspire du « Maître Puntila et son valet Matti » de Brecht pour le transposer à notre époque. Puntila y devient Sven Punti, capitaine d’industrie, dont l’individualisme forcené vacille. Au Théâtre des Martyrs.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Maître Puntila a fait des petits. Le riche propriétaire terrien finlandais imaginé par Bertolt Brecht en 1940 peut aujourd’hui se targuer d’avoir un petit-fils à Bruxelles. Un petit-fils qui, comme son ancêtre, souffre d’un étrange phénomène : lui, le bon petit soldat de l’empire financier dont il a hérité, bascule dans l’anarchie dès qu’il touche à l’alcool. Comme son illustre grand-père, Sven Punti exerce un pouvoir intraitable sur ceux qu’il estime devoir dominer mais se laisse envahir par le doute et la bonté dès qu’il boit. Un coup d’aquavit et hop, il cesse d’obéir à l’ordre établi pour rêver d’un monde sans dieu ni maître.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs