Accueil Économie Télécoms

L’empreinte environnementale du secteur telecom belge mise à nu

Une étude de l’IBPT montre l’évolution de la consommation d’énergie et des émissions de CO2 des principaux opérateurs

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Avec la digitalisation croissante de la société, l’empreinte environnementale du numérique devient un sujet de préoccupation majeur. Car on a parfois tendance à l’oublier mais derrière un appel téléphonique, le stockage d’un mail dans une boîte aux lettres ou le visionnage d’un film en streaming, il y a consommation d’énergie. Pour la première fois, une étude s’est attachée à dresser un état des lieux de la durabilité des réseaux de télécommunications en Belgique. Réalisée par le consultant Deloitte à la demande de l’IBPT (le régulateur des télécoms), elle se concentre sur l’évolution de la consommation énergétique, des émissions de CO2, de la consommation d’eau et du traitement des déchets, histoire de quantifier les efforts déjà fournis par les opérateurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Télécoms

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs