Accueil Culture Livres

«L’épopée de Gilgamesh»: le plus vieux récit de l’humanité

Pour les 30 ans de sa maison d’édition, Diane de Selliers publie « L’épopée de Gilgamesh », illustrée par l’art mésopotamien.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

C’est l’histoire la plus ancienne que l’on connaisse, celle du héros Gilgamesh, roi de la dynastie d’Ourouk, en Mésopotamie. On se la racontait il y a plus de 4.000 ans. Elle a été écrite sur des tablettes d’argile entre la fin du IIIe et le début du IIe millénaire avant Jésus-Christ. Et on se l’est narrée dans le monde oriental pendant encore deux millénaires avant de tomber dans l’oubli. Et d’être redécouverte au XIXe siècle. De manière assez originale d’ailleurs.

Jusqu’en 1840, les tablettes d’argile recouverte de gravures cunéiformes étaient considérées comme de simples dessins. C’est George Smith, un apprenti imprimeur passionné, qui montre que les tablettes qu’il étudie au British Museum ne contiennent pas de dessins mais bien une écriture narrant un récit. L’épopée de Gilgamesh est retrouvée. C’est le plus vieux texte de l’humanité connu. Il nous parle par exemple du déluge, bien avant que la Genèse de la Bible ne soit écrite.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs