Accueil Planète Climat

Le coût des catastrophes naturelles mondiales estimé à 115 milliards sur les 10 premiers mois de 2022

2022 est la deuxième année consécutive au cours de laquelle le total des pertes assurées a dépassé les 100 milliards de dollars, poursuivant ainsi la tendance de ces dix dernières années qui est marquée par une progression annuelle moyenne de 5 à 7 %.

Temps de lecture: 2 min

Le coût des catastrophes naturelles mondiales pour le géant suisse de la réassurance Swiss Re a atteint 115 milliards de dollars (110 mds EUR) sur les onze premiers mois de 2022, plombé par l’ouragan Ian, a annoncé jeudi le groupe.

L’ouragan Ian, l’une des tempêtes les plus puissantes à avoir frappé les Etats-Unis ayant également provoqué d’importants dégâts à Cuba il y a quelques semaines, a généré à lui seul environ la moitié des pertes assurées, pour un montant estimé entre 50 et 65 milliards de dollars, selon un communiqué du réassureur suisse.

Selon Swiss Re, qui agit en tant qu’assureur des assureurs, l’ouragan Ian est ainsi devenu la catastrophe naturelle la plus chère depuis l’ouragan Katarina en 2005.

« L’ouragan Ian conjugué à d’autres événements météorologiques extrêmes comme les tempêtes hivernales en Europe, les inondations en Australie et en Afrique du Sud, ainsi que les orages de grêle en France et aux Etats-Unis représentent des pertes estimées à 115 milliards de dollars depuis le début de l’année », a indiqué le communiqué.

2022 est la deuxième année consécutive au cours de laquelle le total des pertes assurées a dépassé les 100 milliards de dollars, poursuivant ainsi la tendance de ces dix dernières années qui est marquée par une progression annuelle moyenne de 5 à 7 %.

« Le développement urbain, l’accumulation de richesses dans les zones sujettes aux catastrophes, l’inflation et le changement climatique sont des facteurs clés, qui transforment les conditions météorologiques extrêmes en pertes qui ne cessent d’augmenter », a expliqué Martin Bertogg, responsable des risques de catastrophes chez Swiss Re, cité dans le communiqué.

« Lorsque l’ouragan Andrew a frappé il y a 30 ans, un événement entraînant des pertes de 20 milliards de dollars ne s’était jamais produit auparavant ; aujourd’hui, il y a eu sept ouragans de ce type au cours des six dernières années seulement », a-t-il ajouté.

Selon Swiss Re, les désastres dits secondaires, tels que les inondations et les tempêtes, par opposition aux grandes catastrophes telles que les tremblements de terre, ont causé plus de 50 milliards de dollars de pertes assurées.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Climat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une