Accueil Sports Coupe du monde Les Diables rouges

Diables rouges: la fin d’une génération dorée qu’on a tant adorée

Née en 2013 ou même en 2007 selon les avis, l’équipe belge a enchanté le pays et le monde entier durant une bonne décennie. Si elle a connu des heures de gloire exceptionnelles, notamment en 2018, la déception qui habite les supporters belges après l’élimination précoce au Qatar est à la hauteur des attentes parfois illégitimes qu’elle a suscitée ces derniers temps.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

L’image, que l’on doit à l’œil acéré du photographe namurois Bruno Fahy, date du Mondial 2014 : on y voit Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku, mains rassemblées et tendues vers le ciel de Salvador de Bahia, célébrant avec un bonheur partagé l’un des buts qualificatifs pour les quarts de finale, au terme d’un match haletant remporté in extremis face aux Etats-Unis.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 2 décembre 2022, 6:40

    Génération bronzée plutôt que dorée, elle a suscité des attentes, surtout dans les médias, qu'on peut légitimement qualifier de surfaites. Même avec une équipe de qualité et un encadrement au top, il faut encore toujours ce petit plus que sont le bon alignement des planètes et le petit coup de chance. (Même l'Allemagne étincelante de Löw a du attendre 2014 pour ne remporter qu'une seule fois et in extremis la coupe Jules Rimet!) Ni l'un ni l'autre élément n'ont daigné croiser la route de cette équipe, ĥéritée de Wilmots, mais sans doute aussi restée trop conservatrice par la faute d'un Martinez trop timoré que pour écarter, autrement que pour raisons de blessure, des éléments en méforme au profit de la niaque de jeunes loups aux dents longues. Des souvenirs resteront, certes, mais la demi-finale de 1980, perdue contre l'Allemagne, et 1986 resteront les meilleurs souvenirs pcq plus spontanés et inattendus.

  • Posté par G D, vendredi 2 décembre 2022, 4:02

    Je rejoins ce qui a plusieurs fois été avancé : Martinez avait de l'or entre les mains donc il n'a pas eu besoin de miracles pour faire briller l'équipe. Il manquait peut-être d'expérience mais il aurait pu faire bien mieux avec la génération dorée. Au sujet de ce mondial, j'espère qu'ils n'en organiseront plus jamais à cette période de l'année. En ce qui concerne l'équipe, j'espère qu'on n'attendra pas 28 ans pour revoir quelque chose de similaire.

  • Posté par Bouko Christian, jeudi 1 décembre 2022, 22:01

    Ils ne sont pas les seuls anciens (demi-)finalistes à partir : Allemagne , Uruguay , Mexique sans parler des absents : Italie ,Chili, Suède et enfin ce ne sont pas les plus mauvais "éliminés"

  • Posté par lambert viviane, jeudi 1 décembre 2022, 19:09

    Merci les Diables pour tous les moments de joie et de liesse !

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs