Accueil Société

Crise de l’accueil: les bourgmestres bruxellois au secours du fédéral

Les dix-neuf maïeurs de la capitale ont écrit à la Secrétaire d’État, Nicole de Moor (CD&V). Ils proposent de chercher de leur côté du personnel afin de pouvoir ouvrir de nouveaux centres pour les demandeurs d’asile. Une proposition accueillie favorablement. Reste à concrétiser.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Philippe Close (PS) a adressé en début de semaine un courrier à la Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Nicole de Moor (CD&V), au nom des dix-neuf bourgmestres bruxellois. Le message se veut limpide : « Nous sommes prêts à vous aider. » Car la situation sur le terrain est très grave. Depuis plus d’un an des milliers de demandeurs d’asile, principalement des hommes isolés mais parfois des femmes et des enfants, sont laissés à la rue, faute de place d’accueil fournie par le fédéral. « Or, nous avons des centaines de places à offrir », assure le bourgmestre de la Ville de Bruxelles. « Le problème, c’est que pour les activer, il faut recruter 250 personnes. On sait que Fedasil (financée par le fédéral, NDLR) a le budget depuis fin juin mais on remarque qu’ils ont du mal à trouver des candidats. » C’est pourquoi les dix-neuf bourgmestres proposent de mettre leurs services des ressources humaines à disposition de Fedasil. « Il est surréaliste que des gens dorment dehors alors que des lieux sont disponibles », insiste Philippe Close.

À lire aussi Maladies, violences... l’accueil chaotique des demandeurs d’asile à Bruxelles

Le courrier est bien arrivé chez Nicole de Moor qui répond via Le Soir qu’elle est « ouverte à toutes les pistes de solutions possibles pour trouver du personnel. » La Secrétaire d’État rappelle qu’à ce stade, 63 profils ont été identifiés par des agences d’intérim. Une vingtaine d’entre eux a déjà pu commencer à travailler cette semaine. « Mais il est vrai que le marché du travail est saturé et qu’il s’agit du plan grand obstacle à l’ouverture de nouveaux centres d’accueil. »

Reste à s’entendre sur les détails du possible partenariat entre les communes bruxelloises et le fédéral. Tout en les saluant, on peut s’interroger sur la concrétisation des bonnes intentions. Surtout quand on sait que les discussions traînent déjà depuis des semaines (pour ne pas dire des mois) entre la Région bruxelloise et le fédéral, toujours sur ce même sujet de la création de place d’accueil pour les demandeurs d’asile. Ils sont actuellement 2.500 sans solution de logement.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par dams jean-marie, vendredi 2 décembre 2022, 12:38

    Que l'on réinstalle les bureaux de pointage journalier et après trois refus de propositions de travail on supprime les allocations !

  • Posté par Michel Ney, vendredi 2 décembre 2022, 11:31

    Et si on engageait du personnel pour expulser réellement ces pseudos réfugiés?

  • Posté par D L, vendredi 2 décembre 2022, 13:50

    Tout à fait d'accord

  • Posté par D Marc, vendredi 2 décembre 2022, 11:00

    A Bruxelles, "le marché du travail est saturé" par les 85.878 chercheurs d’emploi?

  • Posté par D Marc, vendredi 2 décembre 2022, 11:27

    Et si on supprimait l'indemnité de chômage à tous ceux qui ont le "CV" permettant de travailler dans un des emplois vacants?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko