Accueil Énergie

Un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tihange en panne

« La sécurité d’approvisionnement n’est pas du tout compromise », a pour sa part rassuré le gestionnaire de réseau Elia.

Temps de lecture: 1 min

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Tihange est tombé en panne inopinément dimanche matin, a confirmé Engie. Peu avant 11h00, il s’est mis en veille automatique en raison d’un problème concernant l’une des deux turbines à vapeur. Le gestionnaire de réseau Elia exclut toute menace pour la sécurité d’approvisionnement.

L’arrêt est consécutif d’un mécanisme de sécurité qui s’active en cas de souci technique au niveau de l’une de ces turbines, a expliqué un porte-parole d’Engie. La source de ce problème doit encore être identifiée.

À lire aussi Qui sont les gagnants et perdants de la crise énergétique?

Engie espère pouvoir relancer la centrale mardi, mais cette date peut encore évoluer « en fonction de l’analyse technique », a ajouté l’opérateur.

« La sécurité d’approvisionnement n’est pas du tout compromise », a pour sa part rassuré le gestionnaire de réseau Elia. « En ce moment, la capacité de production est particulièrement large et peut tout à fait couvrir la demande. À court terme, la situation ne devrait donc pas poser de problème. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, lundi 5 décembre 2022, 6:59

    M. Raspe, il est bien clair que l'industrie de production électrique d'origine "nucléaire de fission" présente des aspects "bien gênants" à certains points de vue. Notamment la gestion de l'extraction/fabrication du combustible qu'elle utilise, et celle des déchets qu'elle produit. Mais il s'agit là d'un tout autre "aspect des choses" (que l'on peut considérer comme totalement inacceptable et ingérable à long terme ... ou pas). Reprocher au nucléaire en tant que tel, un "manque de fiabilité intrinsèque", alors qu'il s'agit ici d'une "panne" (défaillance plutôt) de la partie <turbine à vapeur> qui est "commune" à toute centrale de production de type thermique (y compris celles au gaz), n'est pas très "correct" de mon point de vue. Pour ce qui est du cas de la France et de son parc nucléaire assez "important" en effet, il est clair et bien avéré que les problèmes de corrosion mis au jour et plus importants qu'attendu, sont essentiellement dus à un manque de surveillance et d'entretien régulier, et non pas à la nature "nucléaire" de l'énergie produite. EDF et la France se sont clairement "endormis sur leurs lauriers" pendant de nombreuses années, et n'ont pas assuré le niveau de maintenance nécessaire à toute installation technique complexe de ce type. Si de la même façon, une surveillance constante et sérieuse des parcs éoliens n'était pas effectuée sur le long terme, on assisterait aussi à des pannes en série de ces machines. Sans parler de la nécessité à terme du démontage, du recyclage, et du remplacement "en fin de vie" (comme pour le solaire d'ailleurs) des éléments de production. Quant à dire que le "renouvelable" suffi(rai)t à lui seul (sans l'appoint régulier de centrales thermiques au gaz), pour ma part j'attendrai que cela soit démontré de manière effective, ce qui est loin d'être le cas actuellement (sinon pourquoi la construction planifiée de centrales gaz ?). Quant à l'interconnexion plus importante encore des réseaux, il s'agit évidemment d'une excellente chose. Elle permettrait une bien meilleure répartition de l'énergie produite (qu'elle soit d'origine éolienne/solaire ou nucléaire d'ailleurs). Mais il ne faut pas oublier non plus que ce transfert/transport d'électricité est loin d'être "instantané" et crée aussi des couts non négligeables en terme de rendement notamment. En résumé, rien n'est aussi simple que de faire un choix du tout à l'un ("renouvelable") ou tout à l'autre ("nucléaire"). Pour ma part, je suis favorable à une "complémentarité intelligente" entre modes de production, sans en exclure aucun à priori, tout en considérant que des avancées techniques/technologiques (révolutionnaires ou pas, dans le type de "combustible" utilisé ou dans la gestion des déchets nucléaires notamment) pourraient "rebattre les cartes" à tout moment. C'est ce genre de "manière de penser et de faire" qui est la plus apte à nous assurer une production d'énergie électrique fiable, suffisante, constante, et à un coût raisonnable. Cela restant évidemment mon analyse et mon avis personnel, de technicien "éclairé" (grâce à l'électricité encore et toujours...) tout de même. Enfin en forme de clin d'oeil, pour ce qui est de déménager du côté de Narbonne, la proposition est bien tentante (j'adore tout particulièrement cette région du Languedoc-Roussillon et cette très jolie ville à taille humaine), mais il est, pour moi, un peu tard pour cela. Je vais plutôt envisager de "supporter" à long terme la vue (et les nuisances) de ces "affreux moulins à vent" qui défigurent certaines de nos plus belles campagnes (et pas trop nos "jolies villes", par ailleurs, qui sont bien plus consommatrices de l'énergie produite pourtant...). Ceci en forme de "boutade" finale bien évidemment.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, lundi 5 décembre 2022, 7:08

    <le niveau de maintenance préventive> plutôt.

  • Posté par Huys Eric, lundi 5 décembre 2022, 6:43

    « La sécurité d’approvisionnement n’est pas du tout compromise » En fait cette turbine ne sert à rien, voyez-vous. Ils nous prennent pas pour des naïfs là! Et en plus, « La source de ce problème doit encore être identifiée. » On ne sait pas pourquoi ça tombe en panne mais c'est pas grave, ne vous en faites pas!

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, lundi 5 décembre 2022, 7:19

    Et lisez jusqu'au bout au lieu de faire preuve de mauvaise foi : < « En ce moment, la capacité de production est particulièrement large et peut tout à fait couvrir la demande. À court terme, la situation ne devrait donc pas poser de problème. » >. <En ce moment> et <à court terme>, cela vous "parle" ?

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, lundi 5 décembre 2022, 7:06

    M. Huys, une analyse sérieuse d'un "arbre des causes" ayant conduit à un "incident" ou un "accident", ne se fait jamais "en deux coups de cuillère à pot". N'importe quel <responsable sécurité> en industrie ou ailleurs vous le confirmera...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une