Accueil Sports Coupe du monde

Le Zèbre Ryota Morioka analyse le parcours du Japon en Coupe du monde: «On est une équipe qui dépend du collectif, pas d’une star»

Le joueur du Sporting de Charleroi suit avec émotions le parcours des Samouraïs. Et même s’il espérait être au Qatar, il n’a pas abandonné, à 31 ans, ses rêves de rejouer un jour en équipe nationale. Et pourquoi pas sur la plus grande scène du monde.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Alors qu’il avait hérité d’un groupe F duquel beaucoup voyaient sortir l’Espagne et l’Allemagne, le Japon a déjoué les pronostics en terminant en tête malgré une défaite face au modeste Costa Rica. Par la même occasion, les Samouraïs se sont offert le luxe de battre les deux géants européens pour avoir le droit d’affronter la Croatie en huitièmes de finale du Mondial qatari, ce lundi. Si la Croatie n’est probablement pas déçue de se retrouver face au Japon pour entamer la phase à élimination directe plutôt que de jouer l’Espagne comme certains auraient pu s’y attendre, les compagnons de Luka Modric auraient tort de sous-estimer leurs adversaires asiatiques. International à cinq reprises, Ryota Morioka – qui a regardé les trois premiers matches nippons seul, mais avec excitation et qui sera cette fois entouré du groupe carolo, en stage en Turquie – est revenu avec nous sur la sélection japonaise, qui a sans conteste laissé une excellente impression en phase de poules.

Que pensez-vous du début de Coupe du Monde du Japon ?

Ce que le Japon réalise est excellent. Battre deux grandes nations et terminer premier de ce groupe, c’est très grand. Beaucoup de gens pensaient qu’on ne passerait pas ce groupe face à des équipes comme l’Espagne et l’Allemagne donc c’est plus que ce qu’on espérait. Contre l’Allemagne, mes compatriotes ont bien joué et ont prouvé qu’ils pouvaient renverser de grandes nations.

Que ce soit face à l’Allemagne et l’Espagne, vous n’avez jamais abandonné alors que dans les deux cas vous étiez menés. C’est une mentalité exemplaire…

Oui. En fait, les joueurs croient énormément en eux et en leurs équipiers, peut-être plus que ce qui se passe dans d’autres pays. C’est sans doute leur plus grande force, leur plus grande caractéristique. Ils y croient et jouent les uns pour les autres.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Analyse Lionel Messi, le plus grand de tous les temps?

Lionel Messi enfin sur le toit du monde. L’Argentin a complété son armoire à trophées et hérite d’une place encore plus confortable à la table des plus grands. À 35 ans, il pourrait même s’offrir le luxe de présider cette assemblée de légendes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs