Accueil Procès des attentats de Bruxelles

Procès des attentats de Bruxelles: une première journée symbolique et un brin chahutée

A l’issue d’une journée un peu technique et procédurale, le ton de l’audience est donné. Entre le manque de jurés, les ralentissements et la possibilité que certains accusés se taisent, les risques qui planent sur le procès sont aussi devenus plus manifestes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

On n’est décidément pas à un retard près dans ce procès des attentats de Bruxelles. C’est donc quelques minutes avant 10h, et non à 9h, comme initialement prévu, que la présidente Laurence Massart a ouvert ce lundi une audience au fond qui aurait en théorie dû démarrer deux mois plus tôt – si la procédure n’avait pas buté sur l’épineuse question du box des accusés.

Il n’est pas chose aisée de larguer les amarres d’un paquebot aussi volumineux, qualifié maintes fois de « procès du siècle » et comptant à son bord tant d’accusés, de parties civiles mais aussi de jurés. Le coup d’envoi a ainsi buté sur un petit bémol, à ce stade sans gravité. Deux suppléants tirés au sort mercredi dernier faisant déjà défaut. La 5e jurée suppléante a présenté un certificat médical à la présidente tandis que le 12e, lui, a fait savoir qu’il ne pouvait suivre le procès à cause de son diabète. Tous deux sont désormais rayés de la liste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par eric biltiau, mardi 6 décembre 2022, 9:43

    Y aurait-il un nouvel "ordre de la racaille" qui s'installe en Belgique? Tout pour les uns et rien pour les autres.

  • Posté par Patric Stun, mardi 6 décembre 2022, 6:22

    Quel. Orque. Et stout ne parlez pas de l’Etat de droit. C’est l’état de faiblesse qu’il faut dire. Ces millions auraient dû être dirigés vers les victimes plutôt qu’à organiser cette foire.

  • Posté par Wathelet Michel, mardi 6 décembre 2022, 5:08

    La justice est malade de sa justice et tourne en affaire financière, 35 millions d'euros pour juger des types qui n'hésite pas exploser des mères de famille, des enfants et le reste sans état d'âme. Cela devient un vrai cirque. Après le coup des box a quoi devront nous nous attendre ??

  • Posté par Dupont Vincienne, mardi 6 décembre 2022, 0:49

    Je crains que ce ne soit la honte pour la Belgique, au contraire de la France, qui a plutôt bien géré. Comme d'habitude, quoi. Zero pitié pour les ordures qui seront jugées et toute ma compassion pour les victimes et leurs proches.

  • Posté par lambert viviane, lundi 5 décembre 2022, 23:27

    Les avocats des inculpés profitent de ce procès pour régler leurs comptes avec les ministres de la Justice et de l'Interieur : ils menacent même de faire traîner le procès payé par la population belge. Quant aux victimes, elles sont oubliées. Quel mépris

Plus de commentaires

Aussi en Procès des attentats de Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs