Accueil Sports Coupe du monde

L’Espagne de Luis Enrique, sur un fil tendu entre caricature et chef-d’oeuvre

C’est une autre Coupe du monde que l’Espagne entame ce mardi soir. Le Japon lui a montré qu’une domination indiscutable –82,3 % de possession– n’a, en somme, qu’une valeur toute relative. Luis Enrique changera-t-il son fusil d’épaule ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Sa très nette victoire contre le Costa Rica – 7-0 – l’avait placée dans un fauteuil pour la suite de son parcours en groupe. La défaite contre le Japon, et la perspective réelle de passer à la trappe avec le succès momentané et conjoint du Costa Rica contre la « Mannschaft », a complètement modifié le cadre psychologique de l’Espagne : le Maroc ne fait pas peur en tant que tel, c’est la chronologie de ce 8e de finale, que l’Espagne craint. Après ce traumatisant faux pas contre la sélection nipponne, ce « match d’après ».

Dans un fauteuil après avoir laminé d’entrée de tournoi les « Ticos », les Espagnols se sont retrouvés sans préavis dans le divan après le double raid des hommes de Moriyasu.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Analyse Lionel Messi, le plus grand de tous les temps?

Lionel Messi enfin sur le toit du monde. L’Argentin a complété son armoire à trophées et hérite d’une place encore plus confortable à la table des plus grands. À 35 ans, il pourrait même s’offrir le luxe de présider cette assemblée de légendes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs