Accueil Monde Amériques

Pérou: le Parlement destitue le président Castillo, après une tentative de dissolution, le chef d’Etat est arrêté

Le président péruvien Pedro Castillo avait dissous le Parlement quelques heures avant qu’il ne discute d’une motion de destitution. Cette motion est néanmoins passée et l’a destitué. Il a ensuite été arrêté.

Temps de lecture: 4 min

Le Parlement du Pérou, dominé par l’opposition, a voté mercredi la destitution du président de gauche Pedro Castillo, ignorant l’annonce de sa dissolution et l’instauration de l’état d’urgence. Le chef d’Etat Pedro Castillo a été arrêté plus tard dans la journée, a rapporté l’agence de presse Andina. Les procureurs de la préfecture de Lima interrogent le président déchu.

Pedro Castillo, au pouvoir depuis juillet 2021, fait l’objet de six enquêtes pour corruption présumée, dont sont également accusés sa famille et son entourage politique.

Sa destitution pour « incapacité morale », retransmise en direct à la télévision, a été approuvée par 101 des 130 parlementaires, dont 80 dans l’opposition. Le débat sur cette motion, initialement prévu à 15h (21h heure belge), a été avancé après les annonces du président Castillo. Sa vice-présidente, élue à ses côtés en 2021 et issue du même parti d’inspiration marxiste (Peru libre), Dina Boluarte, doit être investie à 21h. Elle a dénoncé « un coup d’Etat » du président.

Le président avait dissous le Parlement plus tôt dans la journée

Dans un message à la nation prononcé depuis le palais présidentiel et également retransmis à la télévision, Pedro Castillo a déclaré « dissoudre temporairement le Congrès de la République et établir un gouvernement d’urgence exceptionnel », visant à « rétablir l’Etat de droit et la démocratie ».

Il a également assuré qu’il voulait « convoquer dans les plus brefs délais un nouveau Congrès doté de pouvoirs constituants pour rédiger une nouvelle Constitution dans un délai ne dépassant pas neuf mois ». Jusqu’à la mise en place d’un nouveau Parlement, « le gouvernement agira par décrets-lois », a-t-il poursuivi, annonçant également un « couvre-feu national à partir d’aujourd’hui » entre 22h et 4h.

« Le système judiciaire, le pouvoir judiciaire, le ministère public, le conseil national de la justice, la cour constitutionnelle sont déclarés en réorganisation », a-t-il annoncé également, demandant « à toutes les personnes en possession d’armes illégales » de les « remettre à la police nationale dans un délai de 72 heures ».

La police nationale « consacrera tous ses efforts à la lutte réelle et efficace contre le crime, la corruption et le trafic de drogue, ce pour quoi elle sera dotée des ressources nécessaires », a-t-il ajouté, appelant les institutions de la société civile « à soutenir ces décisions qui nous permettront de mettre notre pays sur la voie du développement ».

« Auto-coup d’Etat »

La vice-présidente Dina Boluarte a dénoncé sur Twitter « un coup d’Etat qui aggrave la crise politique et institutionnelle que la société péruvienne devra surmonter en respectant strictement la loi ».

« C’est un coup d’Etat voué à l’échec, le Pérou veut vivre en démocratie », a également réagi Francisco Morales, président de la Cour constitutionnelle, auprès de la radio RPP. « Personne ne doit obéissance à un gouvernement usurpateur », a-t-il ajouté. Le président Castillo « a violé l’article 117 de la Constitution péruvienne et est dans l’illégalité. C’est un auto-coup d’Etat », a également noté auprès de l’AFP Augusto Alvarez, un analyste politique indépendant.

« Les Etats-Unis exhortent avec force le président Castillo à revenir sur sa tentative de dissoudre le Congrès et à permettre aux institutions démocratiques de fonctionner conformément à la constitution », a écrit sur Twitter l’ambassadrice américaine à Lima, Lisa Kenna.

L’ambassadeur du Pérou auprès de l’Organisation des Etats américains (OEA), Harold Forsyth Mejia, a annoncé sa démission lors d’une réunion du Conseil permanent de l’OEA à Washington. Il a dénoncé « une rupture, pour le moins technique, de l’ordre constitutionnel, ce qui est naturellement un affront très grave au processus constitutionnel au Pérou, à la démocratie au Pérou et à la démocratie dans tous les pays qui font partie de cette organisation ».

M. Castillo avait échappé à deux motions similaires

M. Castillo avait auparavant échappé à deux motions similaires, dont la dernière en mars 2022. A l’époque, l’opposition l’accusait d’être intervenu dans une affaire de corruption présumée opérée par son entourage et d’avoir commis une « trahison » en se déclarant ouvert à un référendum sur un débouché sur l’océan Pacifique pour la Bolivie voisine, privée d’accès à la mer. Elle lui reprochait également les crises ministérielles à répétition et la formation de quatre gouvernements en huit mois, fait inédit au Pérou.

Il s’agissait alors de la sixième motion de destitution du Parlement péruvien pour « incapacité morale » contre un président en exercice depuis 2017, après Pedro Pablo Kuczynski (droite) en 2018 et Martin Vizcarra (centre) en 2020. L’éviction de M. Vizcarra avait déclenché des manifestations violemment réprimées qui avaient fait deux morts et une centaine de blessés. Son départ avait conduit le Pérou à avoir trois présidents en cinq jours.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une