Accueil Monde

Hillary Clinton s’extrait du piège de Benghazi

Une commission du Congrès américain dominée par les républicains a publié son rapport sur l’attaque de la mission américaine à Benghazi en 2012, accusant Hillary Clinton, alors secrétaire d’Etat, d’avoir minimisé la menace djihadiste en Libye. Mais après deux ans d’enquête, aucune révélation fracassante susceptible de porter un coup fatal à la campagne de Hillary Clinton pour la présidentielle de novembre ne s’est glissée dans l’épais dossier.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 3 min

L’enquête aura duré deux ans, coûté 7 millions de dollars, mobilisé des milliers d’heures de travail parlementaire et 107 auditions de témoins, surpassant par son ampleur les investigations sur Pearl Harbor (1941) ou l’assassinat de JFK (1963). La commission parlementaire d’investigation sur l’attentat contre le consulat américain de Benghazi (Libye), le 11 septembre 2012, a remis ses conclusions mardi, sans produire le résultat ouvertement souhaité par ses initiateurs : une mise en examen de Hillary Clinton, secrétaire d’État au moment du drame, fortement soupçonnée d’avoir péché par négligence. Ou, au pire, d’avoir laissé mourir quatre Américains, dont l’ambassadeur Christopher Stevens.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs