Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: le Kremlin admet des «risques» d’attaques ukrainiennes en Crimée, un drone abattu par l’armée russe

La péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014, a été ciblée ces dernières semaines par plusieurs frappes de drones.

Temps de lecture: 2 min

Le Kremlin a reconnu jeudi qu’il existait un « risque » d’attaques ukrainiennes contre ses positions en Crimée, péninsule annexée par Moscou en 2014 et ciblée ces dernières semaines par plusieurs frappes de drones.

« Il y a des risques, car la partie ukrainienne continue de suivre sa ligne consistant à organiser des attaques terroristes », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Jeudi, les autorités russes ont annoncé avoir abattu un drone au large du port de Sébastopol qui abrite la flotte russe de la mer Noire.

Cet été, un aérodrome militaire de Crimée avait été partiellement détruit par une attaque ukrainienne. Enfin, cet automne, le pont reliant la péninsule à la Russie a été partiellement détruit par une explosion que Moscou a attribuée aux forces ukrainiennes.

À lire aussi Guerre en Ukraine: les Etats-Unis disent «ne pas encourager» les frappes ukrainiennes en Russie

C’est dans ce contexte que les autorités de la péninsule ont annoncé mi-novembre la construction de fortifications et de tranchées, après la reprise par les forces ukrainiennes d’une partie de la région de Kherson, frontalière de la Crimée. Interrogé sur ces travaux et s’ils étaient suffisants, le porte-parole du Kremlin est resté vague.

« Je ne peux pas évaluer si ces (mesures) sont suffisantes ou insuffisantes, il faudrait demander aux militaires », a-t-il dit, tout en assurant disposer d’informations selon lesquelles « des mesures efficaces » étaient mises en œuvre.

Outre la menace pesant sur la Crimée, cette semaine, plusieurs bases aériennes russes, certaines à des centaines de kilomètres du front, ont été frappées par des drones ukrainiens, selon Moscou. Ces attaques, associées à une série de retraites russes en Ukraine, semblent témoigner du fait que, neuf mois après le début de l’offensive, la Russie peine à consolider non seulement ses positions, mais aussi à protéger ses bases loin du front.

À lire aussi Guerre en Ukraine: l’UE resserre encore son étau autour de la Russie

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une