Accueil Médias

Les témoignages glaçants de 8 jeunes femmes qui incriminent Norman Thavaud

Le quotidien français « Libération » a dévoilé ce jeudi huit témoignages de jeunes femmes, qui accusent Norman Thavaud de violences sexuelles, psychologiques ou de viol. Les récits esquissent un schéma d’« emprise » avec une attraction particulière pour les jeunes filles.

Temps de lecture: 3 min

La garde à vue du youtubeur français Norman Thavaud pour viol et corruption de mineur a été levée mardi soir « pour poursuite d’enquête », sans poursuites à ce stade, a indiqué le parquet de Paris à l’AFP.

L’animateur de la chaîne « Norman fait des vidéos » avait été placé en garde à vue lundi dans le cadre d’une enquête préliminaire confiée à la brigade de protection des mineurs, ouverte en janvier 2022. Six jeunes femmes ont porté plainte contre le youtubeur, selon le ministère public.

Dans une vidéo publiée ce mardi soir, Le Roi des Rats, youtubeur a plus d’1,4 millions d’abonnés sur la plateforme dévoile les témoignages édifiants de plusieurs jeunes filles ayant eu des relations avec Norman Thavaud.

Alors que les plaignantes étaient au nombre de six, le quotidien Libération dévoile ce jeudi le témoignage de 8 jeunes filles ayant eu une relation avec le vidéaste. Les victimes parlent d’un schéma d’emprise, où Norman Thavaud semble « vouloir profiter de sa notoriété pour faire du chantage affectif et obtenir des relations sexuelles ».

Un témoignage rapporte notamment un échange entre le youtubeur et une victime, Louise, qui aurait 18 ans au moment des faits. Norman Thavaud, 29 ans à l’époque, écrit sur l’application Messenger « « Depuis qu’on se parle, t’es devenue pour moi une sorte de fantasme. Tu me plais vraiment, ton visage, tes formes… Le fait que tu sois plus jeune, j’aime bien aussi. Et en plus, tu me résistes… », selon Libération.

À lire aussi Norman, le «Youtubeur lisse» face à la police

« Tu te prends trop la tête »

En 2020, une fan québécoise, Maggie D., avait publiquement accusé Norman Thavaud de l’avoir manipulée pour obtenir des photos et vidéos à caractère sexuel, alors qu’elle avait selon elle 16 ans à ce moment-là. Elle avait indiqué avoir porté plainte au Canada. Selon Libération, Maggie D. et Norman avaient des conversations quotidiennes, jusqu’au jour où le vidéaste demande des photos de la jeune fille dénudée. Le quotidien français indique « Après plusieurs refus initiaux, Maggie Desmarais avait fini par céder, après des arguments comme : « Quand on aime vraiment quelqu’un, on le fait » ou « tu te prends trop la tête. C’est normal, t’es un petit bébé ». (…) A l’approche de son 31e anniversaire, le 14 avril, il fait comprendre à Maggie Desmarais qu’il aimerait bien un cadeau spécial. « J’ai dû lui envoyer un striptease sur Snapchat et il l’a sauvegardé dans la discussion. »

Louise et Maggie ne sont pas les seules à décrire des faits pareils. Libération indique enquêter depuis près d’un an sur les faits qui accusent Norman Thavaud, et publie au total huit témoignages glaçants. Manipulation, comportement manipulateur, chantage sexuel pour obtenir, notamment, des « fellations », violences verbales et obsession pour les très jeunes filles, le contenu des récits est glaçant.

En 2018, plusieurs témoignages l’avaient déjà ciblé dans le cadre du mouvement « balancetonyoutubeur », après un tweet de Squeezie sur ceux qui profitent « de la vulnérabilité psychologique de jeunes abonnées pour obtenir des rapports sexuels ». Même si ce dernier a assuré par la suite que cela ne visait « pas du tout » Norman.

Poursuites incertaines

Plusieurs sources indiquaient depuis lundi à l’AFP que la garde à vue de Norman Thavaud ne déboucherait pas forcément sur des poursuites, en l’état du dossier.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Schoonbroodt Hubert, mardi 13 décembre 2022, 12:03

    C'est malheureusement ce qui arrive quant on donne du pouvoir à des nullités qui en plus sont inutiles. Ce genre de personnage n'apporte rien, du buzz et se faire du fric sans se casser sur des personnes émotives et fragiles et qui pensent aussi arriver à la gloire éternelle. C'est le lot des réseaux asociaux.

  • Posté par El Cabron Nicolas, vendredi 9 décembre 2022, 10:37

    Le chantage affectif pratiqué par de nombreux manipulateurs pour obtenir un consentement doit-il s'interpréter comme un viol? Moralement c'est inacceptable mais il faut prendre garde de ne pas aller trop loin sur le plan pénal... Metoo ou pas...

  • Posté par dercq jul, jeudi 8 décembre 2022, 18:46

    Témoignages glaçant, demander des fellations ? J'ai du en givrer quelques unes alors..

  • Posté par Languillier Bernard, jeudi 8 décembre 2022, 17:46

    J’ai du mal à comprendre l’accusation de viol sur base des cas décrits dans l’article. Qu’il ait usé de sa célébrité pour séduire des filles, probablement mais quelle célébrité ne l’a pas fait? Est-ce un crime? Comment quelqu’un peut-il se sentir forcé à faire un striptease via zoom? La dernière phrase de l’article eut-elle été la première aurions-nous la même impression? Je vais personnellement laisser la justice faire son travail et me garder de conclusions à ce stade.

  • Posté par Languillier Bernard, jeudi 8 décembre 2022, 17:46

    J’ai du mal à comprendre l’accusation de viol sur base des cas décrits dans l’article. Qu’il ait usé de sa célébrité pour séduire des filles, probablement mais quelle célébrité ne l’a pas fait? Est-ce un crime? Comment quelqu’un peut-il se sentir forcé à faire un striptease via zoom? La dernière phrase de l’article eut-elle été la première aurions-nous la même impression? Je vais personnellement laisser la justice faire son travail et me garder de conclusions à ce stade.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Médias

Vie privée: la Belgique une nouvelle fois mise en demeure

La Commission européenne a lancé une procédure d’infraction à l’encontre de l’Etat belge. En cause : les licenciements, en juillet dernier, du président de l’APD et de sa co-directrice et lanceuse d’alerte, Charlotte Dereppe. Des révocations, rappelle Didier Reynders, dont les conditions ne respectent pas le RGPD.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag