Accueil Fiscalité

Séduisants au premier abord, les flexi-jobs posent question

Les flexi-jobs promettent des revenus complémentaires exonérés pour l’employé et une main-d’œuvre flexible pour l’employeur.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Un « Des bons plans flexi-jobs ? » lancé sur les réseaux sociaux, et les conseils pleuvent en commentaire. On s’échange les employeurs qui embauchent, ou ceux plus généreux. Tous ont déjà un emploi principal, pourtant, tous cherchent à arrondir leurs fins de mois.

« Le flexi-job », c’est ce statut qui permet de s’engager dans un emploi complémentaire à des conditions avantageuses. Heures annuelles illimitées, pas de charges sociales ni d’impôts, mais accès à des droits sociaux (chômage, vacances, retraite…). L’employeur, lui, ne doit s’affranchir que d’une cotisation patronale extraordinaire de 25 %, avec la promesse en retour d’une main-d’œuvre souple.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Moritz Montanez, dimanche 11 décembre 2022, 10:23

    @Raspe - Vous disiez récemment ici que la diminution des allocations n'avait aucun effet sur l'emploi. Alors il faudrait savoir ! Vous préférez toujours que 65% de ce que vous coûtez à votre employeur (le brut plus les cotisations sociales qui ne sont pas reprises sur votre fiche de paie) file directement à l'état ? Vous, en net, il vous en reste 35%. Et avec ça, comme tout le monde, vous faites vos courses en France où c'est moins cher (500 millions de courses au dernier TRIMESTRE 2022). Votre "capitalisme" ce sont les impôts pour les voyages d'étude des politiciens irresponsables et la distribution tous azimuts aux fainéants.

  • Posté par Moritz Montanez, dimanche 11 décembre 2022, 17:41

    Quels délires ? Quel Calimero ? Je ne me plains de rien !? Par contre, vous en restez à tutoyer pour abaisser les gens : c'est l'outil habituel des médiocres, ouin ouin. Vivement la semaine, que je n'aie à vous lire que pendant vos "pauses". Vous avez des horaires de technicien de surface mais vous n'en avez même pas les manières.

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 11 décembre 2022, 16:38

    Toujours la technique du calimero. Parce que t'as l'illusion que tes délires sont des arguments factuels. On adapte le contenu des commentaires à ton niveau,mec. D'ailleurs, ta réponse est la meilleure démonstration que l'image donnée dans le miroir que l'on te tend est correcte et te déplaît.

  • Posté par Moritz Montanez, dimanche 11 décembre 2022, 15:00

    "mors-moi-le-nez", "hypertrophié du nombril", "incapable", "fainéant" : vous avez dû en ramasser des claques à la récré pour encore et toujours étaler votre détestation du monde. Jamais aucun argument factuel dans le vide abyssal de vos dimanches.

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 11 décembre 2022, 12:07

    Ben oui mors-moi-le-nez, cette réduction n'a aucun effet sur la mise à l'emploi comme l'a montré l'OCDE et l'IRES. Son seul but est de faire en sorte que l'on puisse continuer à maintenir les salaires bas pour engraisser les 10%. Ensuite la sécu, c'est une de nos garanties pour éviter de revivre les affres de la seconde guerre mondiale. Un hypertrophié du nombril est évidemment incapable de le comprendre. Lui, a besoin comme d'air d'avoir un bouc émissaires et de savoir qu'il y aura toujours plus mal loti que lui pour survivre.

Plus de commentaires

Aussi en Fiscalité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs