Accueil Société

Info «Le Soir»: le Qatar soupçonné de corruption en plein cœur de l’Europe

Quatre interpellations et 16 perquisitions ont été réalisées ce vendredi à Bruxelles dans le cadre d’une vaste enquête anticorruption menée par le parquet fédéral. Un ancien eurodéputé et le patron de la Confédération internationale des syndicats ont été privés de liberté, soupçonnés d’avoir reçu les faveurs du Qatar. Révélations du « Soir » et de « Knack ».

Enquête - Temps de lecture: 5 min

La justice belge a lancé une vague de perquisitions vendredi 9 décembre au matin, à l’issue d’une enquête ouverte mi-juillet 2022 sur une organisation criminelle présumée, infiltrée au cœur du Parlement européen et soupçonnée d’ingérence dans la politique de l’Union et de corruption par le Qatar, révèlent Le Soir et Knack. Deux personnalités publiques, dont un ex-eurodéputé italien du groupe Socialistes et démocrates (S&D), viennent d’être interpellées.

Cette affaire potentiellement explosive, éclatant en pleine Coupe du monde de football, a abouti ce vendredi à de premières perquisitions et interpellations à Bruxelles, comme nous le confirme le parquet fédéral : « La police judiciaire fédérale a mené 16 perquisitions (à 14 adresses différentes) dans plusieurs communes bruxelloises. Notamment à Ixelles, Schaerbeek, Crainhem, Forest et Bruxelles-Ville. Ces perquisitions ont été réalisées dans le cadre d’une vaste enquête pour des faits présumés d’organisation criminelle, de corruption et de blanchiment d’argent. »

Argent et cadeaux

L’enquête ultra-sensible, coordonnée par le parquet fédéral, est instruite par le juge Michel Claise, spécialisé dans les matières financières. Les devoirs d’enquête sont menés dans la plus grande discrétion depuis plus de quatre mois par l’Office central pour la répression de la corruption (OCRC).

Les enquêteurs anticorruption « soupçonnent un pays du Golfe de tenter d’influencer les décisions économiques et politiques du Parlement européen », avance le parquet fédéral dans sa réponse à nos deux médias. Comment ? En « versant des sommes d’argent conséquentes ou en offrant des cadeaux importants à des tiers ayant une position politique et/ou stratégique significatives au sein du Parlement européen. » Le parquet ne mentionne pas le Qatar. Mais plusieurs sources bien informées ont indiqué au Soir et à Knack qu’il s’agissait bien de l’Etat organisateur de la Coupe du monde.

Selon nos informations, l’ancien eurodéputé S&D, l’Italien Pier-Antonio Panzeri, le Secrétaire général fraîchement élu de la Confédération internationale des syndicats (l’Ituc) Luca Visentini, ainsi qu’un directeur d’ONG et un assistant parlementaire européen, ont tous les quatre été interpellés dans la matinée. Ils sont présumés innocents.

Le parquet fédéral nous confirme d’ailleurs « l’interpellation pour audition » – en procédure Salduz 4, c’est-à-dire en tant que suspects et en présence d’un avocat – de quatre individus « nés en 1955, 1969, 1971 et 1987 ». Ils pourraient être présentés devant le juge sous 48 heures, qui déciderait alors d’éventuels mandats d’arrêt.

Tous ces suspects ont la nationalité ou une origine italienne. En public, ils sont très actifs dans des associations et ONG pro-droits de l’Homme. M. Panzeri est d’ailleurs le président de Fight impunity, une ASBL promouvant « la lutte contre l’impunité pour de sérieuses violations des droits humains » et la justice internationale. Selon nos informations, le siège de Fight impunity situé en plein centre de Bruxelles (rue Ducale) a subi une perquisition ce matin.

Coffre-fort bien garni

Les perquisitions de ce matin ont permis aux officiers dirigés par le juge Claise de mettre la main sur plus d’un demi-million d’euros en liquide. Selon les informations du Soir et de Knack, ces quelque 600.000 euros cash ont été découverts dans la résidence bruxelloise de l’ancien eurodéputé.

À lire aussi Info «Le Soir»: le Qatar soupçonné de corruption en plein cœur de l’Europe

Luca Visentini a été élu en novembre Secrétaire général de l’Ituc. Une confédération de syndicats du monde entier, dont des organisations belges, représentant au total plus de 200 millions de travailleurs.

Pour le Qatar, il s’agirait de défendre « sa » Coupe du monde de football tant décriée, et les progrès supposés de l’émirat sur les droits humains ou les conditions de travail des migrants.

Des assistants parlementaires visés

Preuve de la sensibilité du dossier, « cette opération visait en particulier des assistants parlementaires européens », conclut le parquet fédéral en réponse à nos questions. Chez eux, c’est essentiellement du matériel informatique et des téléphones qui ont été saisis par les enquêteurs. « Ces éléments seront analysés dans le cadre des investigations. »

Parmi les personnes concernées par les perquisitions, Le Soir et Knack identifient quatre assistants parlementaires proches du groupe S&D (y compris celui qui a été privé de liberté), l’un de ces assistants est également lié au groupe PPE (droite). Les enquêteurs ont encore « visité » les domiciles de deux conseillers et d’une fonctionnaire du Parlement européen. Sans compter des directeurs de groupes de pression actifs dans l’UE.

En réponse à nos sollicitations, le service presse du Parlement européen déclare « ne pas commenter les procédures judiciaires en cours » : « Comme toujours, le Parlement européen coopère entièrement avec les autorités nationales compétentes. Pareil dans ce dossier spécifique », déclare-t-il.

Bruxelles pullule à la fois d’espions, mais aussi de lobbyistes, en raison de la présence de l’Otan et des institutions européennes. Les investigations tentent toutefois de déterminer si les acteurs du dossier ne sont pas allés bien au-delà du simple lobbying. On parle de corruption présumée au sein du seul organe européen élu au suffrage direct. Par un Etat étranger, régulièrement accusé depuis l’attribution de la Coupe du monde de violer les droits humains d’opposants politiques, de personnes LGBTQ+ et des 2 millions de travailleurs migrants qui peuplent l’émirat gazier.

À lire aussi Podcast – Le Qatar aurait espionné des journalistes, l’un d’entre eux témoigne

Les dizaines de policiers et magistrats impliqués dans l’opération ont célébré, à leur manière, la journée internationale de lutte contre la corruption.

 

À lire aussi Le vrai ou faux: y a-t-il vraiment eu 6.500 morts sur les chantiers du Mondial au Qatar?

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Piscaer Benne, lundi 12 décembre 2022, 6:59

    Comme ces voyous ne gagnes pas assez! Ta fini ta carrière en politique locale, va t'enrichir au Parlement Européen. Ce n'est jamais assez. Il faut une vrai revolution dans les elections pour qu'ils comprennent tous que c'est le peuple qui decide et veut des politiciens responsables et honerables.

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 10 décembre 2022, 1:01

    Heureusement que le juge Claise existe...ah, ces ONG gentillettes, ni les premières, ni les dernières à cacher du crapuleux.

  • Posté par Joute Dodo, vendredi 9 décembre 2022, 17:23

    Ce n'est pas la seule accusation de corruption contre le Qatar. espérons que le juge Claise pourra mener cette enquête-ci jusqu'à son terme, quel qu'il soit (condamnations ou non-lieu).

  • Posté par Patric Stun, samedi 10 décembre 2022, 20:07

    Si on le laisse faire comme disait l’autre :)

  • Posté par Jeanine Delhait, vendredi 9 décembre 2022, 13:32

    C'est très bien de chercher du côté de ce petit état de 500000 personnes et qui est un nain politique au niveau mondial. Il y a beaucoup plus à trouver du côté de beaucoup d'autres états qui font pire et jamais cités. par exemple: Selon un consortium de médias européens, l'agence de renseignement des États-Unis a espionné plusieurs personnalités européennes entre 2012 et 2014 avec l'aide des services de renseignement danois. Rien ni personnes condamnées, affaire classée.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko