Accueil Économie Entreprises

Départ du CEO de bpost: Petra de Sutter dénonce des pratiques inadmissibles et affiche son incompréhension

La ministre de tutelle de bpost déplore ce nouveau coup dur pour l’entreprise

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

La ministre des Entreprises publiques, Petra De Sutter (Groen), n’a pas mâché ses mots au sujet de la rupture de la collaboration entre bpost et son CEO Dirk Tirez. Elle trouve « incompréhensible que des pratiques inadmissibles aient eu lieu au sein de l’entreprise bpost sous sa direction ». « Diriger bpost, c’est diriger une entreprise publique. Il faut donc donner l’exemple. Sur base de l’analyse du conseil d’administration, je conclus que ce n’était pas le cas, et qu’il n’y a donc plus d’avenir pour lui chez bpost », ajoute-t-elle. Elle déplore « ce nouveau coup dur pour les facteurs et leurs collègues qui voient une nouvelle fois leur CEO quitter l’entreprise ». En effet, le prédécesseur de Dirk Tirez, Jean-Paul Van Avermaet avait été mis dehors après seulement 13 mois à la tête de l’entreprise, rattrapé lui aussi par une affaire de violation des règles de la concurrence, mais qui, elle, n’avait rien à voir avec bpost.

« Dans les semaines à venir, les facteurs de bpost seront plus que jamais présents aux portes de tous les Belges avec l’arrivée du Nouvel An et des colis de fin d’année. Et, une fois de plus, on dit maintenant à ces facteurs et livreurs de colis que leur grand patron s’en va parce qu’il n’a pas montré l’exemple. Je trouve cela particulièrement regrettable. Dirk Tirez était chargé de faire revenir le calme au sommet et de poursuivre la transformation de l’entreprise. Mais, une fois de plus, nous sommes confrontés à des dérives ».

La ministre poursuit : « Dirk Tirez n’était pas seulement à la tête d’une entreprise qui compte 27.000 collaborateurs en Belgique, il avait également une tâche importante : bpost doit trouver des réponses à une réalité complexe. Nous achetons de plus en plus de colis en ligne, dans une société qui se doit de devenir plus respectueuse de l’environnement, et dans laquelle tout le monde doit pouvoir suivre le rythme du numérique. Dans ce sens, je compte sur le conseil d’administration et le comité de direction pour qu’ils gardent à l’esprit l’intérêt général et la continuité de l’entreprise et pour qu’ils agissent en dialogue avec les autorités compétentes. Je suis résolument du côté des administrateurs qui veulent faire la clarté, et qui veulent aller jusqu’au bout pour mettre à jour toute forme de comportement inadmissible, ainsi qu’avancer dans les enquêtes interne et externe qui sont en cours ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par lambert viviane, vendredi 9 décembre 2022, 18:33

    Le CD&V prend sa carte pour l'opposition!

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière