Accueil Monde Union européenne

Etat de droit: en Pologne, le gouvernement joue les équilibristes pour débloquer les fonds européens

La récente réintégration du juge Igor Tuleya, icône de la défense de l’Etat de droit, est perçue comme une concession du pouvoir polonais vis-à-vis de la Commission européenne. L’objectif : débloquer les fonds européens. Varsovie « n’a plus les moyens de se quereller avec l’UE au sujet de l’Etat de droit. »

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Le tribunal d’instance de Varsovie a, derrière sa façade à la fois austère et monumentale, eu plus d’une fois rendez-vous avec l’Histoire. Inauguré en 1939, tout juste avant l’invasion allemande, l’édifice fut aux portes du ghetto érigé par l’occupant nazi : de nombreux Juifs l’utilisèrent comme point de passage clandestin. C’est aussi là, à l’automne 1980, que le syndicat Solidarité a été reconnu légalement, avant que ne vacille pour de bon la dictature communiste moins d’une décennie plus tard. Dans la Pologne d’aujourd’hui, qui voit de nouveau ses contre-pouvoirs démocratiques affaiblis, un nouveau chapitre est peut-être en train de s’écrire au 127, rue Solidarnosc.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs