Accueil Belgique Politique

Parlement wallon: Magnette demande la démission du bureau politique, Ecolo de Marcourt

Aussi bien Jean-Claude Marcourt que les autres membres du bureau sont concernés. « Une démission du bureau les honorerait », clame Paul Magnette.

Temps de lecture: 5 min

Ce vendredi, le président du PS, Paul Magnette, a demandé la démission du bureau politique du parlement wallon, y compris celle du Président de l’assemblée, Jean-Claude Marcourt (PS). Une information rapportée par la RTBF et confirmée au Soir par le parti socialiste.

Cette demande s’inscrit dans les suites des révélations faites par Le Soir sur Frédéric Janssens, le greffier du parlement.

À lire aussi Les voyages de luxe du greffier du parlement wallon

Paul Magnette demande aux cinq membres du Bureau de l’institution de démissionner. Il s’agit donc de Jean-Claude Marcourt, au même titre que la première vice-présidente Jacqueline Galant (MR), le vice-président Manu Disabato (Ecolo), et les secrétaires Sophie Pécriaux (PS) et Sybille de Coster-Bauchau (MR).

« Ce n’est pas parce que les règles ont été respectées que ça suffit. On voit bien aujourd’hui, que ce soit pour les travaux du parlement, que ce soit la gestion du personnel, que ce soit les dépenses diverses et variées, les règles ne sont plus adaptées. Il y a clairement une responsabilité du greffier. Elle a été établie ; il a été écarté ; c’est dans les mains de la justice. Mais il y a aussi une responsabilité collective et notamment le bureau du parlement aurait dû contrôler le greffier. Donc, il y a aussi un défaut de contrôle », a confié Paul Magnette à la RTBF.

À lire aussi Voyages du parlement wallon: les dépenses somptuaires de Marcourt et du greffier

« Collectivement, une démission du bureau les honorerait et remplacer ce bureau par un nouveau bureau ouvert à l’opposition – c’est aussi ça la démocratie – pourrait rétablir la confiance au Parlement wallon. C’est l’image de la Wallonie dans son ensemble, et du personnel politique dans son ensemble qui est abîmée. Il faut maintenant remettre de la rigueur, des règles et de la transparence », conclut-il dans son interview à nos confrères.

Jeudi, Paul Magnette avait considéré que M. Marcourt n’avait commis « aucune faute personnelle, l’ignorance n’est pas une faute », préférant chargé exclusivement la barque du greffier. « On a fait trop confiance à un homme qui donnait toute l’apparence de la rigueur », avait-il déclaré sur le plateau de Jeudi en prime.

Contacté par Le Soir suite à l’appel à démission de son président de parti, Jean-Claude Marcourt s’est contenté d’une réponse par SMS. « Je ne répondrai pas aujourd’hui à l’exception du fait que je fais partie d’un Bureau et que j’attends l’attitude de mes collègues ». Avant d’envoyer un second texto. « Pourquoi devrais-je démissionner ? »

MR, PTB et Les Engagés réagissent

Joint par Le Soir, le président du MR, Georges-Louis Bouchez a également réagi. « Que le PS démette son président s’il n’a plus confiance en lui, ça ne me pose pas de problème. Mais cela appartient au PS. Et il ne faut pas tout mélanger, car le président de l’assemblée a une responsabilité accrue par rapport aux autres membres du Bureau ». Pas question de démission collective, donc, pour le patron des libéraux francophones. « Je dois avoir le respect de faire une analyse posée, au cas par cas, pour voir s’il y a une faute des membres de mon parti qui siègent au Bureau (Jacqueline Galant et Sybille de Coster-Bauchau, NDLR). Je les entendrai dans les prochaines heures pour faire le point ». Le Montois se dit également ouvert à l’intégration d’un député de l’opposition au sein du Bureau. Et à ceux qui accusent le greffier Frédéric Janssens de tous les maux, ces derniers jours, Georges-Louis Bouchez répond. « Dire que le greffier a œuvré seul, ce n’est pas vrai ! Celui qui ne savait pas, c’est qu’il ne voulait pas savoir ».

Pour Maxime Prévot, président des Engagés, « Il est étonnant de voir que jeudi soir, à la RTBF, Paul Magnette absout Jean-Claude Marcourt et moins de 24h plus tard, il en appelle à la démission de celui-ci et de tout son bureau… Le bureau doit incontestablement évaluer quelles sont encore la crédibilité et la sérénité avec lesquelles il se sent capable de gérer l’institution. A défaut, la démission collective s’impose logiquement. »

Le chef de groupe PTB au Parlement wallon, Germain Mugemangango, a quant à lui parfaitement entendu l’appel de Paul Magnette. Il se dit prêt à faire partie du bureau du Parlement. « Nous prendrons bien sûr nos responsabilités. Mais pas dans le bureau comme il fonctionne actuellement. On ne montera évidemment pas dans un bureau opaque, où tout est discuté à huis clos et qui ne sait rien de ce que fabrique le greffier. » Le leader wallon de l’extrême gauche reproche pour le reste au PS d’avoir dans un premier temps « couvert » Jean-Claude Marcourt, « un homme au pedigree certain après les affaires Publifin et Nethys » et « protégé le reste du bureau », qui aurait été victime d’une manipulation. « Comment un parti de gauche peut-il se fourvoyer dans une pareille pantalonnade. »

Ecolo estime vendredi soir que la position de Jean-Claude Marcourt à la présidence du Parlement de Wallonie est devenue « intenable après les révélations des dépenses de la mission de Dubaï et la mise en danger de la crédibilité du Parlement », mais sans suivre toutefois l’idée du président du PS d’une démission collective du Bureau de l’assemblée wallonne. Dans un communiqué, les Verts estiment que le « travail important d’assainissement et de réforme a été entamé depuis plusieurs mois » au sein de l’assemblée doit être « finalisé et élargi à plusieurs chantiers déjà identifiés ».

Ecolo cite notamment l’extension du Bureau aux groupes de l’opposition et publicité de ses décisions, le recadrage des missions parlementaires à l’étranger et de leurs dépenses et renforcement de leur publicité, ainsi que la réduction des indemnités des parlementaires. En début de soirée vendredi, face au scandale des dépenses du Parlement, le président du PS, Paul Magnette, avait appelé à la démission collective de l’ensemble du Bureau de l’assemblée, composé de cinq membres, dont Manu Disabato (Ecolo), qui en est vice-président.

Dans leur communiqué, les Verts n’évoquent pas de démission collective du Bureau.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

51 Commentaires

  • Posté par DV E, samedi 10 décembre 2022, 12:38

    « Pourquoi devrais-je démissionner ? », Mr Marcourt ne sait pas ou ne veut pas savoir.

  • Posté par DV E, samedi 10 décembre 2022, 12:36

    ”Celui qui ne savait pas, c’est qu’il ne voulait pas savoir” donc les membres MR du bureau savaient ou ne voulaient pas savoir. La responsabilité est collective.

  • Posté par DV E, samedi 10 décembre 2022, 12:30

    C’est indispensable mais ce sera très insuffisant pour restaurer un début de confiance du citoyen.

  • Posté par De Blomme Dimitri, samedi 10 décembre 2022, 11:24

    Magnette et Bouchez essaient de sauver ce qui peut pour les prochaines élections. Bonne chance au PS et MR. Chaque scandale politique a une couleur PS/MR. Et peut-on expliquer pourquoi le greffier voyage autant ?

  • Posté par Wauters Georges, samedi 10 décembre 2022, 22:45

    Bien d accord avec M Maesen, c est juste un sale petit chef qui abuse de son pouvoir. Je lui souhaite le chômage jusqu à sa pension

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une