Accueil Belgique Politique

Parlement wallon: un Bureau sans l’opposition, le modèle a sans doute vécu

Depuis 2019, les partis de la minorité ne siègent plus au Bureau du parlement. Une particularité wallonne qui est aujourd’hui remise en question.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Gestion désastreuse des ressources humaines, chantiers sans maîtrise budgétaire et dépenses de prestige : les reproches adressés à Frédéric Janssens, le greffier du parlement de Wallonie, témoignent surtout de l’absence quasi totale de contrôle de l’intéressé depuis le début de la législature. Le Bureau avait cette mission, mais se retranche depuis trois mois derrière la très large délégation de pouvoir dont bénéficiait l’intéressé et qui l’aurait en quelque sorte placé à l’abri des regards.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Masure Luc, dimanche 11 décembre 2022, 18:17

    Je trouve que dans tout gouvernement, il faudrait comme en Angleterre un cabinet-fantôme (shadow cabinet). Pour mémoire, rappelons que dans les pays appliquant le système de Westminster, le cabinet fantôme (en anglais : shadow cabinet) comprend les députés de l'opposition qui, sous la conduite du chef du parti principal de l'opposition, forment un cabinet alternatif à celui du gouvernement. Chaque membre du cabinet fantôme est chargé de surveiller et critiquer l'action d'un ministre du gouvernement.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs