Accueil Économie Mobilité

La Belgique augmente les coûts d’atterrissage et de décollage pour les avions les plus dérangeants

De nouveaux critères ajoutés à la redevance pour le contrôle aérien à l’aéroport de Bruxelles : pollution, bruit, distance à parcourir, vol de jour ou de nuit.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Le gouvernement fédéral a adopté ce vendredi un amendement au contrat de gestion de Skeyes, l’entreprise publique de contrôle aérien. Objectif, moduler le coût d’un passage en Belgique pour les avions les plus vertueux et contre les avions les plus bruyants, polluants mais aussi nocturnes. De quoi, sans doute, plaire aux riverains de l’aéroport national… mais pas des aéroports régionaux. Bizarre ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 11 décembre 2022, 19:11

    Enfin!

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 11 décembre 2022, 17:13

    A quand le transport aérien écolo par "vol à voile" ? >>> C'est sans bruit et pas besoin de carburant . Décollage à l'aide d'une catapulte ! Svp ... un peu de créativité, monsieur le ministre!

  • Posté par Malé Bertrand, vendredi 9 décembre 2022, 20:58

    Cela va dans le bon sens. Mais pourquoi donc encore ces mesures n'impactent-elles pas aussi les aéroports régionaux??? 2 poids, 2 mesures !!! Aberrant !!!

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs