Accueil Monde Union européenne

Pourquoi l’Europe a tant tardé avant d’intervenir sur les prix du gaz

Il a fallu huit mois pour qu’enfin une proposition arrive sur la table. Par crainte d’une menace pour la sécurité d’approvisionnement. Et par dissensions profondes entre Etats membres sur ce que plafonnement veut dire.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 7 min

Moi, je crois au libre marché mais quand le marché est devenu hystérique et complètement irrationnel, il faut intervenir. Comme on le fait sur les marchés financiers : on suspend les cours. L’idée est de définir un “cap” européen pour le marché du gaz : si les prix dépassent le plafond qu’on s’est fixé, les transactions n’ont pas lieu, elles ne comptent pas. » Ce message, de facture fort peu libérale, est signé Alexander De Croo, le 10 mars, dans ces colonnes. Au même moment, à Berlin, l’inquiétude grandit : les molécules russes représentent plus de la moitié des importations allemandes de gaz… Deux capitales, deux ambiances.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par El Cabron Nicolas, mardi 20 décembre 2022, 9:46

    A un moment il faut arrêter de s'agiter pour faire du vent. Un plafond aussi haut équivaut à pas de plafond du tout et les consommateurs sont donc grugés par leurs dirigeants qui leur font passer des vessies de porc pour des lanternes. D'un autre côté, le citoyen européen doit bien réaliser que le marché du gaz n'est pas un marché en abondance mais en pénurie. Le Shift Project a communiqué sur une étude récente qu'il a réalisée démontrant que notre sécurité d'approvisionnement pour les années à venir était loin d'être garantie à la suite du sabotage de Nord Stream II (vraisemblablement par nos "alliés"). Dans cette mesure, la fixation d'un prix plafond bas est contreproductif puisque les fournisseurs iront livrer ailleurs.

  • Posté par Maesen Jean-Luc, mardi 20 décembre 2022, 10:06

    <à la suite du sabotage de Nord Stream II (vraisemblablement par nos "alliés")>. L'habituelle "méthode subliminale" de M. <El Cabron> est (évidemment) toujours de mise... Ou comment "noyer le poisson" tout en tentant "d'attirer le chaland" (et de le ferrer par la même occasion). En pleine Mer Baltique bien sûr...

  • Posté par meyer jean, mardi 20 décembre 2022, 7:42

    La crainte, partagée par de très nombreux experts extérieurs :est reelle: fixer un plafond aux transactions, dans un marché où l’offre est faible voire insuffisante, peut faire fuir leurs fournisseurs vers des marchés plus offrants. 

  • Posté par meyer jean, mardi 20 décembre 2022, 7:40

    Mme Lamquin, vous travaillez pour Charles Michel ?

  • Posté par meyer jean, mardi 20 décembre 2022, 7:40

    Mme Lamquin, vous travaillez pour Charles Michel ?

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs