Accueil Les racines élémentaires

Les Racines élémentaires d’Ovidie: «La politisation de l’intime est la suite logique de mon parcours»

C’est à Angoulême qu’Ovidie nous reçoit. Elle a trouvé, non loin de la ville du 9e art, une maison farouchement cachée. Heureux destin pour celle qui a tiré son pseudo, son nom de guerre, d’un personnage de BD qui vit aux marges de la société.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

Ovidie aime la solitude de la vie à la campagne avec sa fille et ses chiens. Derrière cette façade plan-plan, Ovidie est une guerrière. Son champ de bataille, dans ses films et ses livres, c’est le sexisme et les violences masculines, avec le corps des femmes au centre. Tu enfanteras dans la douleur évoque les maltraitances que subissent les femmes durant leur accouchement, Là où les putains n’existent pas dénonce l’hypocrisie de la Suède vis-à-vis de la prostitution, et Libres ! s’attaque aux diktats sexuels. Rencontre sur les remparts d’Angoulême avec la réalisatrice et autrice, penseuse de notre rapport au corps et au sexe.

Vous ne seriez pas devenue ce que vous êtes si…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Les racines élémentaires

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs