Accueil Sports Football Football à l'étranger Euro 2016

Pour les Diables, ce n’est pas comme ça que ça devait finir

L’histoire du football regorge de ces matchs qu’on ne peut pas perdre, et qu’on perd quand même. La chronique de Bernard Padoan.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

On aurait bien aimé lui « faire confiance », mais n’en déplaise à notre Enzo Scifo chanteur, aucun match n’est « gagné d’avance » (le clip a, hélas, disparu de la Toile, mais on peut toujours y écouter la chanson). La preuve, vendredi soir. C’est donc comme ça que ça devait finir. J’avais rêvé d’autre chose, vous le savez. Bravo, Messieurs les Gallois. Pourtant, les Belges étaient prévenus : après tout, l’histoire du football ne regorge-t-elle pas de ces matchs qu’« on ne peut pas perdre, et qu’on perd quand même » ? Comme un certain Angleterre-Islande, par exemple. Rappelons-nous aussi du « miracle d’Istanbul », évidemment : 3-0 pour le Milan AC à la mi-temps de la finale de la Ligue des champions 2005 face à Liverpool, 3-3 à la fin du temps réglementaire et victoire des Reds aux tirs aux buts. Mais le plus célèbre retournement de situation reste ce France-Italie du 2 juillet 2000 : ça tombe bien, ça fait tout pile seize ans aujourd’hui !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs