Accueil Sports Cyclisme

La réforme ignore encore et toujours les coureurs

Le commentaire de Stéphane Thirion

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 2 min

L’information est passée à travers les mailles d’un filet de but, en plein cœur de l’euphorie footballistique mais répétons-là ici pour rappeler que le cyclisme ne s’embarrasse décidément pas de volte-face. L’organisateur du Tour avait choisi de se retirer du WorldTour en début d’année et, voici quelques jours, il s’est rabiboché avec l’Union cycliste internationale. Laquelle en a profité pour relancer une opération séduction, comme si son président, l’Anglais Cookson, voulait effacer le Brexit. Le message ? Tout va bien dans le meilleur des mondes. ASO ne voulait pas entendre parler de nouvelles épreuves WorldTour en 2017 ? On y ajoutera pourtant la Cadel Evans race, le Tour du Qatar, le Tour d’Abou Dhabi déplacé en février, le circuit Het Nieuwsblad, les Strade Bianche, A Travers la Flandre, le Tour de Turquie, le GP de Francfort et la London Classic ! Jamais, dans l’histoire du cyclisme, une telle quantité de promotions n’a été décidée. Surtout, par rapport à des épreuves dont certaines n’ont aucune histoire et en parallèle aucun intérêt.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cyclisme

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs